Diabète : l’industrie pharmaceutique déteste cette plante

Le diabète ne cesse de progresser chaque année, c’est un véritable fléau des temps modernes.

Vous savez sans doute que les États-Unis sont très durement touchés par cette maladie… mais c’est le cas aujourd’hui aussi dans beaucoup de pays, même dans les pays émergents qui « copient » peu à peu les mauvaises habitudes alimentaires occidentales.

On estime que 415 millions de personnes sont concernées dans le monde.

Et le pays de la gastronomie n’est pas épargné : plus de 3 millions de personnes sont touchées en France !

Le diabète est présent sous deux formes majeures : le diabète de type 1 que l’on appelle insulinodépendant : il concerne environ 10 % des cas. Il apparaît spontanément, sans prédisposition génétique ou familiale et est facile à diagnostiquer.

Mais le diabète qui explose depuis 20 ans, c’est bien le diabète de type 2. Il est de loin le plus répandu car il est lié à l’obésité et au surpoids. Cette maladie touche beaucoup de personnes qui mènent une vie sédentaire et mangent plus que nécessaire par rapport à leurs dépenses physiques.

Le premier réflexe, c’est de changer de mode de vie.

Ce diabète-là est une vraie « maladie de civilisation » : il touche toutes les populations qui ont arrêté de se dépenser physiquement car elles prennent la voiture… qui mangent trop… et mal, beaucoup d’alimentation industrielle bourrée de sucres cachés et d’additifs…

Vous voyez ce qu’il reste à faire : manger moins et plus sainement, faire du sport ou au moins marcher ou faire du vélo…

Mais il a aussi des remèdes issus de la nature qui peuvent aider toutes les personnes atteintes de diabète de type 2.

Je pense notamment à une plante merveilleuse, la berbérine.

La berbérine est le cauchemar de Big Pharma !

Vous connaissez peut-être le nutritionniste Julien Venesson : il considère la berbérine comme « la plante contre le diabète qui fait trembler l’industrie pharmaceutique ».

La berbérine fait partie des alcaloïdes : elle est utilisée depuis longtemps dans la pharmacopée chinoise.

Mais la science et la médecine moderne sont en train de redécouvrir ses bienfaits pour la santé : elle a été testée dans des centaines d’études différentes.

Voici comment elle agit  : après avoir été ingérée, la berbérine est transportée dans la circulation sanguine. Elle se déplace ensuite dans les cellules du corps. À l’intérieur des cellules, elle se lie à plusieurs « cibles moléculaires » différentes et change leurs fonctions, de la même manière que les médicaments.

Elle active une enzyme capitale dans la régulation du métabolisme

Mais une des actions les plus intéressantes de la berbérine, c’est d’activer une enzyme à l’intérieur des cellules appelée : l’AMPK (Adenosine Monophosphate activated Protein Kinase).

On la trouve dans les cellules de différents organes, y compris le cerveau, les muscles, les reins, le cœur et le foie. Cette enzyme joue un grand rôle dans la régulation du métabolisme.

L’activation de l’AMPK a principalement pour effet :

– de stimuler l’oxydation des acides gras hépatiques et la cétogenèse,

– d’inhiber la synthèse du cholestérol, la lipogénèse (formation de graisses) et la synthèse des triglycérides,

– de stimuler l’oxydation des acides gras dans les muscles squelettiques et l’absorption du glucose par les muscles

– et enfin de moduler la sécrétion d’insuline par les cellules bêta du pancréas.

Deux études récentes montrent l’efficacité de la berbérine par rapport à la metformine, le médicament le plus courant pour traiter le diabète de type II. Dans la première étude, 36 adultes atteints de diabète de type II nouvellement diagnostiqués ont reçu par groupe un traitement soit de berbérine soit de metformine (500 mg 3 fois / jour) pendant 3 mois.

L’effet hypoglycémiant de la berbérine a été similaire à celle de la metformine [1]

Une seconde étude a montré les avantages de la berbérine dans le diabète de type II. 116 patients ont reçu de la berbérine (1 g par jour) ou un placebo pendant 3 mois. Dans le groupe ayant reçu la berbérine, là encore les résultats étaient encourageants ! [2] : baisse de l’hémoglobine A1c, diminution des taux de triglycérides, de cholestérol total et de cholestérol LDL. Le taux d’élimination du glucose augmente après le traitement à la berbérine.

On note toutefois des effets indésirables gastro-intestinaux transitoires avec l’usage de la berbérine assez fréquents liés à son action antimicrobienne. Ce désagrément est passager.

Cette plante pourrait aussi aider celles et ceux qui n’arrivent pas à se débarrasser de leur graisse

La berbérine est donc une plante incontournable dans le traitement du diabète :

    • Ces dernières études montrent que la berbérine est supérieure à la metformine :

 

  • Ces recherches prouvent que la berbérine est bénéfique pour le métabolisme du glucose… et pour l’activité de l’insuline par plusieurs mécanismes distincts comme l’action de l’insuline et l’activation de l’AMPK.

Mais son potentiel dépasse largement le traitement du diabète…

    • Comme la berbérine inhibe l’accumulation de lipides dans les adipocytes, les résultats suggèrent qu’elle pourrait avoir un effet anti-obésité.

 

  • Cela veut dire que la berbérine pourrait aussi réduire la taille de nos cellules graisseuses et en réduire le nombre !!

Une formule berbérine + chrome

Il existe une formule intéressante mise au point par le laboratoire français SFB [3] : elle est composée d’un extrait de berberis vulgaris (concentré à 97 % en berbérine) combiné à du chrome.

Elle aide l’organisme à réguler la glycémie, à diminuer l’appétence pour le sucre tout en prévenant les troubles hépatiques.

Le duo berbérine plus chrome est vraiment intéressant : car le chrome est l’oligo-élément qui régule la production d’insuline. Il participe au métabolisme du glucose en stimulant les effets de l’insuline : c’est cette hormone pancréatique qui fournit aux cellules le glucose nécessaire à la production d’énergie et qui maintient des niveaux normaux de glucose sanguin.

L’insuline joue un rôle essentiel dans ce processus en régulant les mouvements du glucose hors du sang et vers les cellules. Les chercheurs supposent qu’elle utilise le chrome comme cofacteur pour « déverrouiller » la porte des membranes cellulaires, permettant ainsi au glucose d’y pénétrer.

Faites comme moi : décrochez la médaille d’or !

J’espère que cette lettre vous aidera à combattre cette maladie : n’hésitez pas à la transférer à un ami qui est directement concerné et à tous vos proches.

Et n’oubliez que le plus important c’est d’ajuster son mode de vie !

Pour ce qui est de l’alimentation, je vous invite à lire et relire mes lettres sur la nutrition : vous les trouverez toutes ici !

Elles sont entièrement GRATUITES.

Et pour l’activité physique, prenez exemple sur moi : je viens de remporter la médaille d’Or du 200 mètres à Angers…

En voici la preuve, en images !

Dr Willem avec sa médaille d'or

 

Articles similaires


Sources

[1] Des changements importants ont été observés dans le groupe ayant reçu de la berbérine avec une diminution de l’Hémoglobine glyquée (HbA1c) de 9,5% à 7,5% De la glycémie à jeun de 190,8 à 124,2 mg/dl ; de la glycémie postprandiale de 356,4 à 199,8 mg/dl et des triglycérides plasmatiques de 100,5 à 79,2 mg/dl

[2] L’hémoglobine A1c passait de 7,5 % à 6,6 %, les triglycérides diminuaient de 2,51 à 1,61 mm/L et le cholestérol total passait de 5,31 à 4,35 mm/L. Le cholestérol LDL régressant lui aussi de 3,23 à 2,55 mm/L. Le taux d’élimination du glucose augmente après le traitement à la berbérine.

[3] Cette formule a été produite par le laboratoire SFB que je connais bien : elle s’appelle Zéro’Sucre, voici sa présentation : http://www.sfb.fr/zero-sucre-berberine.htm.
Voici la composition exacte de la formule : Extraits de racines de berberis (berberis vulgaris) titré à 97% minimum de berbérine hydrochloride 1200 mg (soit 1164 mg de berbérine pure), picolinate de chrome 40 µg, gélule végétale.
Vous n’avez besoin que de 4 gélules par jour pour obtenir facilement les dosages recommandés par les études les plus récentes et qui ont montré des résultats sur la glycémie en quelques semaines seulement soit 1200 mg de berbérine pure.
Voici les coordonnées du laboratoire : Tél. : 01 69 36 22 45  ou par mail : commandes@sfb.fr



3 réponses à « Diabète : l’industrie pharmaceutique déteste cette plante »

  1. Je vous suis régulièrement et vous remercie de l’aide que vous nous apportez. Félicitations pour votre médaille. J’habitais Angers avant de venir dans le Limousin, comme j’ai habité d’autres villes avant et j’aI beaucoup aimé circuler en France …
    et à l’étranger. Continuez à nous donner vos bons conseils Merci encore

  2. Clara says:

    Merci pour toutes vos informations . Merci de nous dire où l’on peut trouver de la berberine, et comment l’utiliser ? ? Enfin, Félicitations pour votre forme physique, qui est bien une preuve que vous appliquez vous même les principes de santé naturelle. Bien cordialement.

  3. Demolliere says:

    Merci d etre la docteur Willem et bravo pour votre medaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *