Diététique chinoise : le secret pour être en forme été comme hiver

Comment imaginer qu’il y a 5 000 ans, des Chinois inspirés ont pu penser une médecine aussi puissante ? C’est en observant la nature que la médecine traditionnelle chinoise a élaboré une stratégie géniale basée sur l’énergie vitale : ce qu’ils appellent le « Qi ».
Des millénaires plus tard, on est toujours bluffé par l’efficacité de pratiques comme l’acupuncture, l’auriculothérapie, ou le tai-chi, aujourd’hui démontrée par des études scientifiques et validée par l’organisation mondiale de la santé.

Aussi pourquoi ne pas profiter de ce savoir-faire ancestral – certes différent du nôtre, mais plein de bon sens – pour combattre les agressions que subit l’organisme aux changements de saisons par exemple ?

Stimuler votre empereur !

Pour les Chinois, chaque saison sollicite plus particulièrement deux de nos organes clés : l’un appelé « empereur », 1’autre « émonctoire », car il permet de faire circuler ce que l’empereur a produit ou cherché à éliminer.

En les stimulant grâce à l’alimentation, on s’assure de leur bon fonctionnement et de la bonne circulation de l’énergie. Car le corps, pour être en bonne santé, doit toujours être en harmonie avec ce qui l’entoure.

À défaut, l’énergie ne circule plus correctement, et c’est la porte ouverte à l’apparition de divers problèmes : fatigue, mal-être, dérèglements du transit, et nombre de troubles quotidiens…

Pour les éviter, une seule solution : bien choisir ses aliments et les adapter aux saisons.

La vraie « nature » des aliments

Pour analyser les propriétés thérapeutiques des aliments, la très ancienne diététique chinoise observe leur « nature », leur « saveur » et leur lieu d’action, mais aussi leur consistance, leur couleur, et leur forme.

Les natures froide, fraîche, neutre, tiède ou chaude des aliments conditionnent leur effet réchauffant ou refroidissant sur l’Énergie de l’homme. Un aliment est de nature chaude ou froide selon qu’il « réchauffe » ou qu’il « refroidit » l’Énergie.

Les saveurs manifestent l’activité vitale des aliments. C’est pourquoi la diététique chinoise analyse les actions énergétiques bien spécifiques que les saveurs induisent : l’acide est astringent, l’amer assèche l’humidité et favorise l’écoulement, le doux tonifie, le piquant disperse, le salé ramollit.

Les 4 phases de la vie et l’importance des saisons

La médecine chinoise sait que la vie n’existe pas sans des phases, des alternances de souffles : le souffle tiède du printemps devient la chaleur de l’été ; et le souffle de l’été, ayant atteint l’apogée du yang, devient la montée du yin automnal, marqué par le refroidissement, etc.

Il y a quatre temps qui rythment chaque vie, du début à la fin : les êtres apparaissent, croissent, déclinent et disparaissent, puis tout se renouvelle.

De la même manière, quatre temps rythment les périodes de la vie, selon ce même modèle : de l’aube à midi et du soir à la nuit, par exemple, pour chaque journée. Dans le développement d’une entreprise, d’une situation, ou d’une relation amoureuse par exemple, ces quatre phases successives doivent être respectées pour assurer la bonne continuité et la bonne santé.

Il en est de même pour les quatre grandes saisons, très importantes pour la médecine chinoise.

1. Le printemps : élevez votre énergie vitale avec du « tiède »

Au printemps, qui correspond aux mois de février, mars, et avril, on assiste à une élévation de l’énergie vitale, le « Qi ». L’énergie s’élève après la période de léthargie de l’hiver.

Durant cette période de réveil et de renouveau dans la nature, chaque être participe à la grande renaissance. Chez l’homme, le Foie est le lieu énergétique par où se réalise l’élévation de l’énergie Yang dans l’organisme. Au printemps, il convient donc d’accompagner cette élévation du Yang afin qu’elle s’opère de façon correcte. En premier lieu, la diététique chinoise conseille de diminuer pendant cette période la part des produits de saveur acide afin de permettre le mouvement d’élévation de l’énergie.

Afin de favoriser la renaissance du Yang on pensera à consommer des aliments à dominante tiède, légèrement épicée (piquante) et amère mais sans excès, et à consommer très modérément les aliments froids et crus. Les graines germées cuites à l’eau, à la vapeur ou sautées sont particulièrement indiquées en cette saison.

  • Parmi les légumes : les carottes, asperges, céleri, champignons noirs, betterave, pois, courgettes, pommes de terre, potiron, radis, chou, chou-rave, brocolis.
  • Parmi les graines et féculents : les haricots rouges, azukis, patates douces, taro, les céréales telles que maïs, riz glutineux, blé, orge, avoine.
  • Parmi les épices et aromates très parfumés : gingembre, ail, ciboulette, cumin, échalote, persil, safran…
  • Parmi les produits animaux : les poissons maigres, viandes rouges peu grasses et blanches (bœuf, dinde, poulet, pigeon).
  • Des fruits tels que les pommes, dattes, jujubes, figues séchées, et papaye.

2. L’été : mangez des aliments de « nature froide »

Pendant l’été, c’est-à-dire durant les mois de mai, juin et juillet, l’activité vitale est à son maximum.

À cette saison, l’énergie se réchauffe. Des quantités importantes de liquides organiques sont perdues à cause de la transpiration – elle-même indispensable à l’évacuation naturelle de la Chaleur d’origine externe qui envahit la superficie du corps – et également par un processus de consomption interne plus important à cette époque de l’année : plus il fait chaud (Yang), et plus les liquides (Yin) diminuent.

Il convient par conséquent de contrebalancer la perte des liquides organiques occasionnée en consommant davantage les aliments de nature fraîche ou froide et de saveur douce, salée ou acide. On privilégie les aliments de nature froide pour rafraîchir le corps et le cœur, et de saveur amère pour les aider à bien fonctionner.

  • Parmi les légumes et les fruits : la pastèque, le melon, les pommes, les épinards, les artichauts, endives, roquette, laitue, les aubergines, le céleri, les algues, la rhubarbe, les carottes, le maïs ou le concombre, kiwis, abricots, pêches, figues, dattes.
  • Parmi les produits animaux : agneau, mouton, fromages de brebis et de chèvre.
  • Parmi les épices et aromates : thym, sauge, basilic, curcuma, cacao, thé vert, café…

Attention par ailleurs à ne pas boire glacé pendant les repas, cela reviendrait à jeter un seau de glaçons sur un feu de cheminée (feu de l’estomac).

3. À l’automne, tonifier votre « Qi » avec des aliments doux

Pendant l’automne, correspondant aux mois d’août, septembre et octobre, l’Énergie Yang se retire pour laisser le Yin se développer. On assiste à un rafraîchissement des conditions climatiques. L’Énergie du corps retourne progressivement vers la profondeur et se refroidit. C’est le moment où il convient plus que jamais de protéger l’organisme contre les perturbations dues au rafraîchissement du climat.

Les gastro-entérites sont fréquentes en cette période de l’année. La maladie peut facilement « entrer par la bouche ». La diététique chinoise recommande de réduire la quantité de fruits et autres végétaux crus, de boissons fraîches, et d’aliments de nature froide, afin de prévenir d’éventuelles perturbations des Intestins et de l’Estomac. Il convient par ailleurs de porter une attention accrue à la fraîcheur des aliments, notamment en ce qui concerne les poissons, viandes et coquillages.

La consommation de produits de saveur piquante sera diminuée durant l’automne afin de ne pas contrarier le mouvement de retour de l‘Énergie vers la profondeur.

L’alimentation devra comporter plus d’aliments acides et doux. Les produits de saveur acide « resserrent le Qi » et favorisent son retour vers la profondeur. Les aliments doux permettent de tonifier le Qi et d’équilibrer le mouvement de descente de l’Énergie propre à l’automne.

  • Des légumes tels que concombre, aubergine, soja vert, soja jaune, betterave, courge, navet, potiron, oignon, choux, cresson, algues, haricots blancs ou rouges, pois, lentilles, fèves, pommes de terre, patates douces, carottes, céleris, endives, choux-fleurs, châtaignes, champignons.
  • Des fruits comme les figues, coings, noix, prunes, melons, raisins, pêches, mangues, framboises, mandarines.
  • Des produits animaux : lapin, dinde, pintade, roquefort.

Parmi les épices et les aromates : radis, oignons, poireaux, gingembre, cardamome, moutarde, thym, ciboulette, origan, ail, thé à la menthe.

4. Quand l’hiver arrive, booster votre « Yin » avec votre alimentation

En hiver, durant les mois de novembre, décembre et janvier, le Yin est à son maximum et le Yang à son minimum. Les nuits sont très longues. Dans la nature, toute vie est au repos. L’Énergie est retournée dans les racines des végétaux et s’est condensée dans les graines, en attendant le renouveau du printemps. Chez l’homme, cette période où l’Énergie du corps s’est refroidie correspond naturellement à un moment de repos. L’activité vitale Yang est à son minimum et les couches profondes de l’Énergie se rechargent.

Pendant l’hiver, il est conseillé d’augmenter la part des produits animaux et de diminuer celle des légumes et des fruits. La viande nourrit plus spécifiquement la structure organique et contribue ainsi à recharger l’aspect physique de la vitalité.

C’est le temps de l’immobilisme, un peu comme la sève qui redescend vers les racines pour un repos qui constitue une prémisse à une renaissance. À l’instar des animaux, il faudrait pouvoir hiberner, ce qui n’est guère prévu dans nos sociétés. Cependant, rien n’empêche de se coucher un peu plus tôt, de se lever un peu plus tard et d’éviter autant que possible de travailler dehors.

L’hiver représente également le moment de nettoyer l’orga­nisme en profondeur, afin d’éliminer tout ce qui n’est pas utile (notamment les minéraux en excès) et de privilégier la relaxation pour que le corps, comme l’esprit puisse se recharger en énergie vitale.

Évitez les repas trop copieux, car les reins risquent de se fatiguer de tant d’excès, tandis que cet émonctoire, surchargé, pourrait affaiblir le système immunitaire, et rendre plus vulnérable aux virus (risque accru de grippes, de gastro-entérites, etc.).

Privilégier les aliments de nature chaude, pour tonifier l’énergie du rein et procurer au corps la régulation thermique dont il a besoin. On y associera une saveur salée correspondant aux besoins énergétiques du rein.

Le canard par exemple, doux et légèrement frais, est particulièrement indiqué pour tonifier le Yin dans tout le corps. Il élimine la fièvre légère créée par le Vide de Yin.

Le poulet, doux et légèrement tiède, réchauffe le Foyer Moyen. Il revitalise le Qi et renforce le Jing (essences vitales contenues dans les Reins).

Pour renforcer le Yang, le mouton et le bœuf sont indiqués. De saveur douce et de nature tiède, le mouton tonifie et réchauffe le Foyer Moyen (Rate-Estomac) et le foyer inférieur (Reins).

Le bœuf renforce quant à lui la rate, source de l’énergie acquise. D’une façon générale, on diminuera les aliments de saveur rafraîchissante et l’on augmentera celle des produits plus riches et de saveur amère afin d’enrichir le Yin et de consolider le Yang.

On mangera avec profit des produits consistants et nourrissants tels que semoule, pâtes, pet riz, sarrasin, froment, seigle.

  • Parmi les oléagineux, citons les amandes, cacahuètes, noix, noisette.
  • Parmi les légumes et féculents, la betterave, le chou-fleur, le chou, les épinards, les pois chiches, les flageolets, les pommes de terre, patates douces, topinambours, lentilles, haricots blancs ou rouges, azukis, soja noir, châtaignes.
  • Les poissons gras tels que thon, maquereau, cabillaud, sole, saumon, sardines sont également de circonstance.

En Chine, les repas sont généralement pris à 7 heures, 12 heures et 18 heures C’est un bon rythme, et sachez qu’en matière de nutrition, la régularité dans la prise des repas prime. Elle rythme la vie dans sa totalité et contribue ainsi à l’équilibre de chacun. Si l’on considère que les aliments séjournent quatre à cinq heures dans l’estomac avant d’être complètement transformés, ce rythme semble le mieux adapté.

J’espère que ce voyage dans la diététique chinoise vous sera utile et vous permettra d’équilibrer vos énergies toute l’année. Je vous reparlerai de temps en temps de la médecine chinoise car même si elle paraît parfois lointaine et déroutante… elle est épatante !

 

Related Post

Articles similaires


Sources



29 réponses à « Diététique chinoise : le secret pour être en forme été comme hiver »

  1. SCHLONGA says:

    Vu tout ce que je viens de lire je crois que l’on peut tous adapter ce que nous conseille le Dr Willem à nos habitudes… Et peu à peu prendre conscience de ce qui nous permet ou empêche d’être en bonne santé ! Critiquer… mettre en avant nos coutumes ancestrales et les croire mieux que celles des autres ??? Prendre conscience que le monde évolue et qu’il y a un brassage et un mélange de T O U T et pas seulement de notre façon de se nourrir… S’ouvrir à la vie et bien la vivre devrait être un refrain mondial ! S’accepter les uns les autres nous permettrait de mieux échanger, se comprendre et vivre en excellente santé…

  2. BIZARD says:

    DR WILLEM, c’est toujours un plaisir de vous lire, vous donnez beaucoup de vous-même et je vous en remercie infiniment. Ce souci de la clarté & de la précision vous honorent.

    Meilleures salutations.

  3. Dion Marie-Gabrielle says:

    Bonjour Mr Willem,
    Très belle (BONNE) INFORMATION: en effet nous avons fortement à APPRENDRE de la CIVILISATION CHINOISE ANCESTRALE bien PLUS avancée que la nôtre dans beaucoup de domaines !Merci encore de nous en faire part et de bien nous « ORIENTER »…!!!

    Marie-Gabrielle Dion.

  4. ELIANE PERE-LAPERNE says:

    Je suis abonnée à votre lettre et toujours très intéressée ….seulement j’ai un « gros problème  »
    J’ai un caillou dans ma vésicule…qui m’endicape énormément pour suivre tous vos conseils
    Et malheureusement dans tous les abonnements de santé naturelle que je reçois ce problème n’est jamais abordé !!!
    Peut-être qu’il existe des solutions naturelles pours se débarrasser de ce problème….ou une méthode ???
    Merci de me donner votre avis

  5. DOTTO says:

    Bonjour, j’ai lu avec grand intérêt les conseils de diététique chinoise, seules les dates des saisons m’ont interpellées car, je n’ai pas les mêmes références (automne : du 22 septembre au 21 décembre et non août, septembre et octobre).
    Il y a sans doute une raison, merci de m’éclairer.
    Cordialement
    S.DOTTO

  6. Janisson says:

    merci pour ces infos pleines de bon sens. Respecter la saison ,la proximité et le bon sens. Voilà qui me plait.

  7. courand gueye andree says:

    perso j’en ai un peu marre de la médecine chinoise et tutti quanti chinois ; une chose que je sais c’est la bile des ours martyrisés, les onguents de tigres pour soigner je ne sais quoi, les chats et chiens pour nourriture et fourrure ébouillantés vivants. Ce ne sont pas forcément les mêmes personnes qui ont des pratiques que je juge douteuses pour la vie mais ma foi, cette admiration pour la médecine chinoise sans approfondissement me laisse songeuse car la médecine par les plantes existent dans bcp d’autres pays et fait peut être moins de dégâts dans la faune

  8. LEPAGE says:

    Bonjour,
    Je vous remercie vivement pour votre lettre « diététique chinoise » que j’ai lue avec beaucoup d’intérêt et je me permets de vous poser la question suivante. Lorsque vous parlez des heures des repas (7h, 12h, 18h), est ce que vous parlez de l’heure solaire ou de l’heure « administrée » telle que l’heure d’été (aujourd’hui) ou l’heure d’hiver ? Vous remerciant chaleureusement de votre réponse et pour les résultats de vos recherches que vous partagez humblement. Sophie Lepage (Nantes 44)

  9. Laurence says:

    Merci pour cet article très intéressant.
    Vous dîtes : « Chez l’homme, le Foie est le lieu énergétique par où se réalise l’élévation de l’énergie Yang dans l’organisme. », mais pour la femme qu’en est-il?

    1. Johanne says:

      Laurence, il parle de L’homme, dans le sens de l’humain pas dans le genre homme-femme.

      Le foie a les mêmes fonctions et réactions chez homme et femme

  10. Chantal says:

    Bonjour Dr Willem,
    Merci pour vos lettres très intéressantes.
    Quand on passe l’hiver en Ecuador, où il n’y a pas vraiment de saisons, où le jour et la nuit durent environs 12 heures et où la température est pratiquement la même toute l’année, comment peut-on adapter ce rythme et cette alimentation « chinois » ?
    Les autochtones, avec leur alimentation peu variée, et leur rythme uniforme, ne semblent pas se porter plus mal que les européens que nous sommes.

  11. MICHEL says:

    J’aimerais des renseignements sur l’utilisation de la zéolite.
    D’avance merci.
    Cordialement.

    Régine MICHEL

  12. Marchais Caroline says:

    Bonjour,
    je suis gérante d’un magasin Biocoop, et en général je trouve vos contenus pertinents. Mais je suis choquée de voir que vous conseillez de manger des endives, pommes et des kiwis en été. Ce n’est pas la saison! Il y a sûrement d’autres aliments à conseiller, le choix est large.
    Vous trouverez peut-être ces produits dans des supermarchés ou magasins moins scrupuleux, mais je trouve ça incohérent d’une part car ils viennent de loin ou de serres, et d’autre part ne correspondent pas à la saison pour notre organisme..
    D’autre part d’après mes livres de médecine chinoise, les figues et pêches sont plutôt de nature chaude.

  13. Maquinghem says:

    Bonjour,
    Je suis étonnée de vous voir parler de 4 saisons en médecine chinoise, car il est question de 5 saisons. Chaque saison est associée à un organe et à une saveur. La 5ème saison est associée à la rate et au doux. Cette saison est une intersaison de 18 jours entre chaque saison hiver, printemps, été et automne.. Je crois que le mouton et l’agneau sont des viandes réchauffantes et déconseillées l’été. Ce sera plus indiqué au printemps. Bonne continuation.

  14. Cazenave says:

    Merci beaucoup pour cette lettre.
    J aurai une question : doit on suivre le rythme de l alimentation en relation avec les saisons comme indiqué lorsque nous habitons en Guadeloupe ? Car nous n avons pas vraiment de saisons marquées.

  15. Dominique says:

    bonjour, pour compléter votre article et si effectivement vous renouvelez vos diffusions sur la médecine chinoise, ne pas oublier que le Qi Gong (art énergétique) fait partie de la médecine traditionnelle chinoise tout comme le Tuina (massages), Des recherches scientifiques ont prouvé les multiples effets du Qi Gong sur la santé. Il faut savoir que le tai chi chuan est apparu bien après ; ses effets sur la bonne circulation de l’énergie ne sont pas contestés.

  16. Fraisse says:

    Bonjour
    Je suis très contente que vous ayez fait ce commentaire ,je pratique cette méthodologie depuis 20 ans dans mon centre de soins a Paris ou je pratique des massages énergétiques en travaillant sur l’énergie des méridiens
    pour équilibrer le yin et yang .
    Dommage que cette méthodologie soit dans l’ombre du grand public ,je travaille aussi sur des biorythmes
    Bravo a vous

  17. PrudHomme says:

    La lettre de J.Pierre Willem est un plaisir à chaque fois et une connaissance riche et sérieuse de chaque sujet. Merci et respect Monsieur.

  18. PrudHomme says:

    Extraordinaire cette lettre !.. Merci beaucoup !.. C’est une attention que je vais prendre pour notre alimentation en famille, au quotidien..

  19. jan says:

    bonjour
    merci pour vos lettres toujours très intéressantes.
    Celle-ci est très intéressante mais j’ai noté l’absence total dans les saisons de la viande de porc.
    C’est curieux car j’aime beaucoup la gastronomie chinoise et le porc y est très présent.
    Cordialement

  20. Bourdois Pascale says:

    Bonjour
    Merci pour toutes ces informations si intéressantes ; je crois juste que les cacahuètes sont des légumineuses et non des oléagineux .
    Bonne continuation pour notre plus grand plaisir d’apprendre ! ?

  21. jeff says:

    Je suis exclusivement végétalien depuis six ans et je ne m’en porte que mieux !

  22. G.Dubois says:

    Très éclairant et instructif, comme toutes vos lettres d’ailleurs cher docteur Willem, nous habitons le Québec et, comme vous le savez, nos saisons sont très démarquées.
    Allez, bonne (et très longue) continuation de vos précieux enseignements de la VRAIE médecine qui se doit d’être holistique pour être efficace.
    G.Dubois naturologue, Québec

  23. Hélène says:

    en français normal et non en américano-globish, bluffer veut dire tromper; cela dessert bcp l’article.

  24. IFTICENE says:

    Bonjour,
    Malheureusement vous ne parlez pas des chiens et des chats consommés par ces chinois et les atrocités commises contre ces animaux.
    Merci d’en parler.
    Cordialement

    1. Janisson says:

      coté atrocités les européens sont aussi barbares. vous croyez que la viande que vous mangez est abattue de façon douce et respectable? certaines personnes ont
      des animaux de compagnie tels que chevaux chèvres pigeons cochons poules et autres qu’ils aiment comme vous aimez votre chien ou votre chat.

  25. DENISE says:

    Bonjour,
    Dans vos articles vous citez souvent le Tai Chi, ce qui est très bien, mais au niveau SANTE le Qi Gong (tchi gong) est encore plus profitable; En effet les exercices sont plus facile à mémoriser car plus courts, et le travail sur les méridiens, points dacupuncture…se fait beaucoup plus rapidement. Le Tai Chi est la forme martiale du Qi Gong. En espèrant que vous participerez à la diffusion de cet Art Energétique, je vous remercie davoir pris le temps de me lire. Bonne journée. Denise Enseignante de Qi Gong à Scarabé de Jade (06600)

  26. Panoma says:

    bien intéressant mais quand on vit aux Antilles, il faudrait trouver un praticien de médecine chinoise.

  27. illos says:

    merci pour toutes vos information!!!!! l’écoute de la vie naturelle!!! l’ouverture dune porte!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *