Une grenade dégoupillée dans votre assiette

Chère amie, cher ami,

Au cours de la longue évolution historique de l’alimentation humaine et de la gastronomie, l’homme est passé du statut de « chasseur-cueilleur » à celui très louable de « cultivateur-récolteur-éleveur » ; aujourd’hui, on déplore celui de « transformateur-pollueur » !

Nos conditions et nos habitudes de vie ont beaucoup évolué en un siècle, dans tous les pays occidentaux :

  • On cuisine de moins en moins
  • On préfère consommer des plats tout prêts, plus riches en graisses saturées, en acides gras trans et en sucres
  • On ne mange pas assez de fruits et de légumes
  • On grignote des aliments caloriques, riches en graisses et en sucres, et notamment chez les jeunes

Pourtant, la qualité de l’alimentation conditionne celle des tissus et cellules du corps (os, tendons, ligaments, muscles, artères, veines, nerfs, etc.).

Ceci va donc conditionner l’état de santé générale, à savoir l’état du terrain, sa résistance et sa vitalité en fonction aussi de la quantité de toxines qui transitent ou stagnent dans l’organisme, déterminant ainsi son niveau de réactivité.

Ce que vous mangez a un impact direct sur les maladies

Il semblerait que l’alimentation entre en jeu dans plus de 80 % des causes de mortalité telles que maladies cardio-vasculaires, cancers, alcoolisme, maladies de surcharge, migraines, allergies, intolérances alimentaires, cholestérol, fibromyalgie.

L’augmentation du nombre de ces pathologies est si importante que certains n’hésitent plus à parler d’épidémies, surtout en ce qui concerne l’obésité et le diabète, même en l’absence de contagion.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

  • Obésité : 15 à 20 % en 2009, en France
  • Diabète : 4 % en 2007, en France
  • Diabète sucré : 150 000 personnes
  • Cancers : 170 000 nouveaux cas par an
  • Alzheimer : 1 million de malades, 200 000 atteints chaque année
  • Maladies auto-immunes : 5 millions de Français en sont atteints, elles sont réparties en 65 pathologies

Notre alimentation moderne est trop pauvre en aliments vivants et fortement carencée par les processus industriels de transformation, de pasteurisation, de conservation, de coloration et de raffinage.

L’ensemble des produits attrayants qui remplissent les étalages des supermarchés est savamment conçu pour enrichir les marchands et les industriels, mais pas du tout pour préserver la santé des consommateurs !

Cette emprise des multinationales sur l’agroalimentaire est un danger pour la santé. Ces multinationales imposent à la culture industrielle les variétés de fruits et de légumes, les semences, les OGM, les engrais, les pesticides, les insecticides, et pour l’élevage industriel et l’alimentation du bétail, les hormones, les antibiotiques…

L’alimentation moderne est à mettre au pilori, dès lors qu’elle s’éloigne de l’alimentation ancestrale et naturelle pour laquelle notre organisme semble avoir été programmé.

Voici les différentes et terribles dénaturations subies par nos aliments :

1. Le raffinage

Dénaturation due aux aliments de notre époque : le raffinage qui ne nous procure que des aliments dits « vides », privés de toutes substances vitales, telles que les vitamines, les oligoéléments, les fibres et les nutriments (catalyseurs indispensables).

Un aliment raffiné a subi des transformations afin de pouvoir être stocké longtemps tout en gardant un aspect agréable et attrayant. Ces transformations ont fortement altéré sa qualité nutritionnelle.

  • Les huiles végétales : Le raffinage des huiles végétales leur fait perdre jusqu’à 20 % de leur contenu en vitamine E. Si l’huile est raffinée, elle a été chauffée au-delà de 1 00 °C, ce qui favorise la modification chimique des acides gras et l’apparition de radicaux libres.
  • Les céréales : On raffine les céréales en enlevant les enveloppes adhérant au grain, qui perd alors sa couleur brune, et on obtient des farines blanches (pain blanc, biscottes, pâtes blanches…) ou des graines blanchies (riz blanchi…). Le raffinage augmente la densité calorique des céréales et les vide de leur contenu nutritionnel, surtout des vitamines B qui disparaissent complètement. Moins riches en fibres et en protéines, les céréales raffinées ont un index glycémique très élevé. C’est le cas du pain blanc et de certaines céréales que l’on consomme au petit-déjeuner.
  • Le sucre blanc : Il est le résultat du raffinage de la betterave ou de la canne à sucre. On élimine des protéines, des vitamines et des oligoéléments pour obtenir du saccharose pur.
  • Le sel aussi est raffiné. On obtient du chlorure de sodium pur.

Donc, quel que soit l’aliment raffiné, la disparition des fibres, des vitamines et des oligoéléments anti-inflammatoires associée à la production de radicaux libres donnent un produit très pro-inflammatoire.

Le raffinage fait, entre autres, pivoter les molécules d’acides gras de la forme « cis » (physiologique) vers la forme « trans » (non assimilable), mais aboutit aussi à la suppression ou à la transformation des éléments à haute valeur nutritionnelle, tels que protéines, acides gras, vitamines (surtout C, E et F), minéraux, oligoéléments et fibres.

Du point de vue chimique et quantifiable cliniquement, les 2 conséquences principales sont la disparition de certains éléments nobles, et donc l’appauvrissement des qualités nutritionnelles de ces produits raffinés. Ça entraîne aussi l’apparition de substances nouvelles indésirables, non assimilables ou encore considérées comme agent agresseur par le corps, et potentiellement dangereuses.

Médicalement et scientifiquement, il apparaît tout à fait absurde de raffiner les aliments car, après avoir subi ces divers traitements, ceux-ci se comportent en parasites plutôt qu’en alliés pour l’organisme.

2. Le broyage

Il s’agit d’un simple procédé mécanique, utilisé pour réduire les céréales et les graines en farine. Il n’est cependant pas dénué de conséquences puisqu’il expose les principes actifs d’un aliment à l’action de la dessiccation et de l’oxydation par l’oxygène de l’air, ce qui entraîne aussi un appauvrissement intrinsèque des aliments.

3. Les procédés de conservation

Qu’il s’agisse de procédés de conservation ancestraux ou modernes (séchage, fumage saurissage, réfrigération, saumure, salage, congélation, surgélation, irradiation, cuisson sous vide, lyophilisation, stérilisation ou adjonction de conservateurs), les conséquences sont différentes, mais néanmoins, toujours délétères et antigéniques d’un point de vue nutritionnel.

Le premier conseil et le bon sens consistent bien évidemment à consommer les produits les plus frais possible.

  • Les conserves : Les aliments en conserve perdent une partie de leurs nutriments, parfois jusqu’à 50 %, et surtout les vitamines. Pour éviter que cette perte ne soit plus importante, il faut conserver et consommer le jus.
  • Les aliments surgelés ou congelés : La congélation (chute lente de la température) et la surgélation (chute rapide de la température) conservent une bonne partie de la qualité nutritionnelle des aliments. Elles préservent les vitamines, exception faite de la vitamine E et de la vitamine B6, et ne modifient pas la composition de l’aliment.
  • Les aliments sous vide : On les place dans des sacs ou des sachets dans lesquels on fait le vide, quand ils sont frais ou tout juste cuisiné. Cette technique a l’avantage de garder les aliments « en l’état » et de préserver leurs qualités organoleptiques.
  • Les aliments lyophilisés : Un aliment lyophilisé est d’abord congelé, puis passé sous vide. Il profite donc du double bénéfice de chacune de ces techniques, autrement dit une quasi-conservation de toutes ses qualités nutritionnelles.
  • Les aliments déshydratés : Ce sont des aliments dont on a enlevé l’eau. Et, avec l’eau, un certain nombre de vitamines, surtout s’il s’agit d’aliments initialement très aqueux, comme les fruits et les légumes.
  • L’hydrogénation : Cette opération se réalise à très haute température et fait ainsi perdre aux acides gras toute leur valeur nutritionnelle. Par ailleurs, le catalyseur utilisé, afin que ce processus se déroule sans encombre, est souvent le nickel. Un métal lourd qui provoque des allergies cutanées, des atteintes rénales et pulmonaire (fibroses). Ce processus industriel consiste à additionner des atomes d’hydrogène à une molécule. Cette opération est souvent effectuée sur les acides gras insaturés afin de les rendre plus stables et plus solides (exemple : la margarine) et de mieux les conserver.
  • L’irradiation : Cette méthode donne lieu à une pollution insidieuse et dangereuse des aliments. Cette technique, également appelée « ionisation », est aujourd’hui de plus en plus utilisée pour la conservation des aliments (fraises, pommes de terre, céréales, légumes secs, fruits secs, épices et aromates, volailles, viandes, charcuteries, oignons, poissons…). Elle permet de détruire les bactéries, les moisissures, les insectes sans recourir à des désinfectants chimiques toxiques, de ralentir le mûrissement de certains fruits et légumes, de bloquer la germination des pommes de terre, oignons, aulx, melons, fraises, ananas ! Mais surtout, les aliments irradiés son stérilisés, les enzymes sont détruits comme les nombreuses vitamines, en particulier A, B1, C et E. Elle transforme des nitrates inoffensifs en nitrites redoutables et en nitrosamines cancérigènes, et les acides gras polyinsaturés indispensables en substances toxiques ou cancérigènes.

Vous le voyez, l’homme empoisonné, c’est aujourd’hui chacun d’entre nous. Notre corps doit aujourd’hui combattre sur tous les fronts : stress, anxiété, sédentarité, pollution de l’eau et de l’air, toxines, aliments dévalués, tabac, alcool, tranquillisants, hormones, colorants, additifs, etc.

Jamais dans l’histoire de l’humanité, nous n’avons tant exposé notre organisme à un si vaste déluge d’agressions. La plupart des maladies contemporaines n’existaient pas il y a un siècle !

C’est ainsi qu’une majorité des malades consultent des médecins généralistes et des spécialistes et réalisent qu’ils ne s’en sortent pas.
Le problème majeur est de recenser l’ensemble des polluants et de procéder à une désintoxication générale avec des remèdes naturels.
Je vous recommande mon livre « Pollutions et santé » aux éditions Dangles. Vous y trouverez la marche à suivre et les thérapies efficaces. C’est ainsi que progressivement vous pourrez « émerger » et retrouver de la vitalité et un certain bien-être.

Prenez garde à ce que vous mangez et portez-vous bien !

Dr Jean-Pierre Willem

Articles similaires


Sources



70 réponses à « Une grenade dégoupillée dans votre assiette »

  1. Roland says:

    Bravo pour vos lettres enrichissantes!
    Sur la dernière, il manque une pollution nutritionnelle, le Micro-ondes: impact électromagnétique négatif sur le vivant, mais aussi, sur la qualité nutritionnelle des aliments. Ce qui pourrait faire l’obJet d’une prochaine lettre. C’est un appareil très pratique, mais qui va faire d’énormes dégâts sur la santé.

  2. Lepivert says:

    À propos de Lactobacillus GASSERI le produit n’existe plus par le labo indiqué par vous sur le lien, avez-vous une autre source? Merci

  3. J’ai relevé 2 erreurs dans votre article:
    Chauffage de l’huile a 1000*C, plutôt 100*C ?
    Le sel de table raffiné se transforme en sodium pur, plutôt chlorure de sodium!

    1. Jean-Pierre Willem says:

      Merci pour votre œil attentif Monsieur, c’est changé !

  4. Pourquoi les intellectuels conscients de la pluralité des dangers et autres atteintes à la santé humaine,ne se révoltent pas par des pétitions à Chefs d’Etats Européens ,Africaines et autres….responsables…Pourquoi Vous Dr WILLEM…ne saisissez pas l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS) ,une institution spécialisée de l’ONU….et ne pas ester une action à la COUR PENALE INTERNATIONALE DE LA HAYE….Pour les chefs d’inculpation suivants:
    1-Empoisonnement intentionnel et avec conscience des populations et des peuples.
    2- Les Ministres d’agriculture vont répondre de leurs actes: silence et complicité
    3- Les Ministres des industries(alimentaires)seront jugés et sévèrement punis….Trop de bruit,trop de paroles sans effets…. c’est aussi une grande nuisance pour le cerveau!

  5. BOUCHARLAT says:

    Un nombre faux, et ce sont nombres de toute la page qui sont discrédités :
    Une huile ne peut être portée à 1000 °C sans être calcinée !

  6. AMBROZELLI JF says:

    Bonjour Dr Willem

    Ma mère a 87 ans , elle vient de subir en milieu hospitalier un traitement antibiotique visant à éliminer une bactérie très résistante provoquant une infection pulmonaire chronique. Il subsiste des mucosités jaunâtres , mais en moindre quantité.
    J’ai pensé faire réaliser un aromatogramme, mais elle réside sur Perpignan (66000)et je ne connais aucun laboratoire susceptible de réaliser cet examen . Peut être pouvez vous m’indiquer un lien me permettant de trouver un établissement qui réaliserait ce type d’examen dans la région .
    En vous remerciant veuillez agréer Docteur l’expression de mes sentiments les meilleurs.

  7. Bonjour,
    bravo pour les infos, mais quelques coquilles:
    . raffinage des huiles à à 1 000D°
    . plutôt chlorure de sodium (sel) que sodium.

    Continuez le combat!
    Cordeialement,

  8. Bonjour Dr Willem,
    Je ne comprends pas pourquoi il est maintenant impossible de trouver de la teinture mère pour quoi que ce soit. J’utilisais souvent la teinture mère de passiflore pour soigner mes insomnies et c’était très doux et très efficace. Aujourd’hui, plus aucune pharmacie n’en a. Savez-vous pourquoi?
    Merci beaucoup pour tout ce que vous faites.

  9. Je suis depuis 15 ans, à faire du gymkhana pour trouver une alimentation qui me convienne car je fais des intolérances à une quantité incommensurable d’aliments et autres produits.Je suis bien d’accord avec vos informations car j’ai remarqué moi-même tous ces effets nocifs qui me gâche ma vie quotidienne et je plains les nouvelles générations…merci de vos écrits !

  10. Camarroque Claude says:

    Bonjour,
    Je suis étonné par :
    – le niveau d’élévation de température lors du raffinage des huiles végétales que vous mentionnez à 1000°C.
    Une centaine de degrés me parait déjà énorme.
    – Et vous ne parlez pas de technique de blanchiment. Il me semble que le chlore a une grande et malheureuse importance dans ces traitements.
    Merci en tout cas pour votre analyse même si cela doit nous inquiéter, pourvu que nous puissions nous réveiller du matraquage des industriels alliés finalement à BIGPHARMA.

  11. Olivier P says:

    ….et une petite vidéo sur la gazéification des pommes pour les conserver lisse plus longtemps
    https://www.youtube.com/watch?v=FjoMVi_kWi0
    Adios les nutriments….

  12. LAGADEC says:

    Cette mise en garde est très importante et il est toujours intéressant de suivre vos recommandations, cependant il est parfois difficile de reconnaître les différents types de conservation ils ne sont pas toujours indiqués sur les emballages, je pense surtout à l’irradiation. Je vous remercie pour votre réponse. Cordialement Mme Lagadec

  13. LAPARADE says:

    Bonjour
    Vos lettres sont toujours aussi intéressantes ,
    par contre moins lisibles .
    Pourquoi avez vous changé la couleur des textes ?, pensez à nos yeux qui sont de moins en moins efficaces.
    Bien amicalement

  14. lola says:

    comme disait hyppocrate « que ton aliment soit ton médicament » et oui!! le sel prenez du sel de l’himalaya qui a d’énormes vertus élimine même les métaux lourds (mercure plomb)
    Prenez soin de vous

  15. Hennico says:

    Bonjour Docteur,
    J’ai trouvé votre lettre très intéressante. J’y trouve de nouvelles pistes pour améliorer naturellement ma santé. Mais j’ai une petite question : comment sait-on qu’un aliment a été irradié?
    Cordialement,
    Geneviève

  16. Closset Jacqueline says:

    J’apprécie vos articles…mais dans les modes de conservation je m’étonne de ne pas avoir cité la lactofermentation (type Choucroute) qui préserve les vitamines et oligo-éléments et même les augmentent pour certains. .
    Jacqueline Closset

  17. Oriève says:

    C’est bien, en peu d’espoir, mais j’aimerais voir un exemple du livre, un couple de pages, Merci

  18. Daget says:

    Entièrement d’accord et c’est important de sensibiliser a ces problèmes. En plus les ingrédients autorisés comme dans la série E…
    Le pyrophosphate de sodium émulsifiant mis dans les saucisses, crèmes glacées, La poudre a lever aussi introduite dans les dentifrices pour capter le Ca par échange avec son Na. fournit l’élément essentiel de la chondrocalcinose! Et les autres additifs ?

  19. Gallo. S says:

    Bonjour dr pendant 30 ans j ai ete en hypothyroïdie. Mais depuis 1 an en hyperthyroïdie en. Septembre dernier j ai dû prendre une capsule d iode a l hôpital. Mes résultats T s h T 3. T 4 sont presque bon mais Mes anticorps Anti thyroperoxydase sont à 1000. Mon plus gros problème ces que je ne dort plus et je fait des cauchemars pourriez vous me dire ce qui ne va pas je vous en remercie a l avance.

  20. Grégoire Martinot-Lagarde says:

    Bonjour Docteur,

    INTRODUCTION :

    Je me permets de vous répondre à votre message, car j’aimerais le critiquer de manière constructive, pour vous aider à affiner votre jugement…

    Je ne suis pas Docteur en médecine, je suis « seulement » Docteur en physique, mais il me semble que mon avis sur les facteurs dégradant la santé de nos concitoyens pourrait
    vous intéresser…

    Le coeur de votre message tient dans le titre de votre dernière lettre :
    > 80% des maladies commencent dans votre assiette
    Vous précisez ensuite votre thèse dans ces deux phrases se terminant par 3 points de suspension :
    > Cette emprise des multinationales sur l’agroalimentaire est un danger pour la santé. Ces multinationales imposent à la culture industrielle les variétés de fruits et de légumes, les semences, les OGM, les engrais, les pesticides, les insecticides, et pour l’élevage industriel et l’alimentation du bétail, les hormones, les antibiotiques…
    Ensuite, vous détaillez avec soin les carences de notre alimentation de plus en plus « industrielle ».

    Je n’ai rien à redire à cela à première vue. MAIS, il me semble que vous oubliez un
    « DETAIL MONUMENTAL ». Vous omettez de tenir compte du « FACTEUR TEMPS ».

    DEVELOPPEMENT :

    Je m’explique : j’ai un fils qui souffre justement d’une maladie auto-immune appelée
    « Syndrome Néphrotique » depuis l’age de 11 ans… Il est maintenant un jeune adulte
    de 24 ans. Il s’est toujours nourri de manière assez équilibrée, en privilégiant les légumes et surtout les fruits (qu’il a toujours affectionné spécialement).

    MAIS, vers 10 ans et demi, il a reçu un rappel vaccinal « Tétracoq », et là tout a basculé !!!

    Il était donc en parfaite santé juste avant, il est devenu malade chronique depuis, avec
    plusieurs crises par an (nécessitant au début une hospitalisation d’une bonne semaine chacune, puis au moins 2 semaines de récupération à la maison, avec une baisse progressive de sa corticothérapie => nous l’avons même inscrit au CNED un an pour l’occuper un peu).

    Effectivement, le fait de supprimer alors le lait pour lui et de réduire les apports en gluten
    a un peu espacé ses rechutes, mais on peut dire que le vers était alors dans le fruit…

    => Voilà l’impact concret de ce fameux FACTEUR TEMPS. Ainsi, votre phrase citée plus haut devrait à mon avis posséder le mot « VACCINATIONS EN ENORME  » à la place des pointillés.

    Je vais donc vous raconter de manière plus précise ma version du vrai film des évènements :

    – Le lien ci-dessous explique que le vaccin DTPolio a connu des difficultés d’approvisionnement en France en 2004. Ainsi, les français ont eu alors le choix entre deux options : utiliser le vaccin Revaxis,(qui est un peu moins dosé) ou passer à un vaccin tétravalent ou pentavalent = tétracoq ou pentacoq
    > http://www.infovaccin.fr/alerte_DTP_susp.html
    Vous imaginez bien que la plupart des français non initiés (comme moi à l’époque) ont choisi
    la solution la plus protectrice possible, ajoutant au moins la coqueluche à la seringue vaccinale.

    – Vous connaissez la suite :
    – explosion de cas d’allergies au lait et au gluten (dans la génération de mon fils),
    – recrudescence de syndromes néphrotiques justement à ce moment-là :
    – où je vous précise que mon fils avait un autre camarade de sa classe dans le même cas),
    – où la pédiatre qui suivait notre fils à l’hôpital de Grasse nous a confié un jour que notre fils était son premier cas, mais qu’elle en rencontrait de plus en plus,
    – et où on entendait également à chaque hospitalisation de notre fils les infirmières prodiguer à d’autres familles les mêmes conseils qu’à nous (pour la surveillance de la protéinurie…

    CONCLUSION :

    Je vous laisse faire votre enquête, mais je me permets de vous confier que :
    certes bien manger est bon, mais limiter ou s’abtenir de se faire vacciner me semble PRIMORDIAL [et à tout age, pour éviter aussi ensuite Alzheimer].
    => Pour vous aider, plusieurs associations se mobilisent : la LNPLV, ALIS, EPVL. fouinez et vous trouverez rapidement le pôt aux roses… En ce qui me concerne, je viens d’adhérer à la LNPLV.

    Je vous remercie de m’avoir lu et j’espère que cela vous aura intéressé, car je pense qu’il est
    très urgent de se mobiliser contre les obligations vaccinales (passant de 3 à 11 actuellement).

    Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire,

    GML.
    ___________________________________________

    Le 22/04/2018 à 08:00, Docteur Willem –
    Lettre Médecin Santé a écrit :
    >
    >80% des maladies commencent dans votre >assiette
    >

    Dr. Grégoire Martinot-Lagarde
    Observatoire de la Côte d’Azur – 2130, Route de l’Observatoire 06460 Caussols FRANCE

  21. Darrieux Jacques says:

    Bonjour,
    Entièrement d’accord, l’homme détruit tous ce qu’il touche pour en tirer profit, étant croyant je vérifie chaque jour la réalité des parole de la Bible notamment les parole de Jérémie chapitre 10 et verset 23 qui dit : « il n’appartient pas à l’homme qui marche de diriger son pas »
    « Si? Vous croyez en Dieu le Grand Architecte, le Créateur de toutes choses étudiez sa Parole la Bible et vous comprendrez que nous vivons les derniers jours de ce système corrompus à tous les niveaux de notre société et le retour en arrière n’est plus possible car le temps est fixé par Dieu et nous vivons la génération qu’il va voir son intervention pour rétablir ce que nous avons perdus par la désobéissance de nos premiers parents.
    Si un Témoins de Jéhovah frappe à votre porte écoutez le quelques instants, cela ne vous coûte riens et ne vous engages en riens mais vous en apprendrez beaucoup sur le Seul vrai Dieu et son dessins pour l’Homme et la planète qui sera sous peu transformé en un merveilleux Paradis ou l’Etre Humain, débarrassé de la corruption, la cupidité et la méchanceté, pourra se nourrir sans peur de la pollution, des pertes de vitamine Etc… et cela sur notre Belle Planète qui à été conçue pour nous et pour notre bonheur éternel.
    Merci de vos conseils appropriés Dr Willem.
    Bien Cordialement à tous les lecteur
    Jacques

  22. Claude says:

    cette lettre est un répertoire non exhaustif de l’empoisonnement imposé aux humains par les multinationales de l’agroalimentaire, de l’industrie chimique,( pétrolière en particulier) :
    Comment faire pour prévenir les jeunes générations : Il faut faire entrer ces informations dans tous les manuels scolaires et tous les reseaux sociaux, tous les médias si l’on veut contrebalancer les pubs et autres désinformations omniprésentes dans notre environnement médiatique.
    Vœu pieux? utopie? Alors nous mourrons tous lentement et douloureusement…..!

  23. Bonjour si cela peut vous intéresser , j’ai inventé un jardin potager dynamique avec une réserve d’eau de 200 Litres une pompe alimentée par un panneau solaire , pour éviter la mal bouffe , n’importe qui peut cultiver ces légumes bio et n’importe ou , de salades du jardin à notre assiette en moins de 5 minutes et sans produit chimique

  24. Cet article résume bien que nous mangeons de plus en plus mal. merci de nous l’avoir rappeler. En ce qui me concerne j’ai un taux de calcium TRES ELEVE ds le sang 123 + un taux hormonologie a 280 .
    existe-il un produit naturel qui pourrait m’aider a faire baisser ce taux de calcium élevé? On me propose l’opération , et a 77 ans je refuse bien sur. Merci de m’aider . Cordialement Gisele

  25. Mennessier says:

    Ayant participé à une étude médicale menée par le DR Serge Hercberg, j’ai appris beaucoup de chose sur la qualité des aliments.Depuis, j’essaie de varier et de manger des fruits et légumes bio et de saison.
    J’ai suivi un régime par a société PHYTALIANCe qui effectue des menues, des pilules et des liquides à base de plantes .
    Votre étude confirme tout ce que fais.

  26. Narboux says:

    Ce que vous évoquez permet une prise de conscience fondamentale mais cependant, il manque un volet essentiel pour aider à aller au-delà. Oui, alors quels conseils pour apprendre à mieux se nourrir ?
    Je me permets cette observation et vous voudrez bien m’en excuser. Ce chemin je l’ai entrepris depuis longtemps. Cela n’empêche pas vos rappel assurément mais pour le profane ? Pour celui qui veut s’y mettre ?
    Je suis inscrite à votre NEW letter que j’apprécie toujours et Je vous en remercie très sincèrement.

  27. Girard Christian says:

    Les choses ne sont pas près de changer.
    L’industrie agro-alimentaire joue sur l’ignorance voire l’indifférence des consommateurs. La publicité invasive est mieux perçue par le public que l’information.
    Les Pouvoirs Publics sont discrets, pour ne pas faire de peine aux grands groupes et à leurs actionnaires. Et on ne parle pas des conflits d’intérêts…

  28. mme jeggli odette says:

    je suivais toutes vos recommandations et jeme portais bien
    je suis entrée en hepad à la suite d’une fracture du bassin et col du fémur
    je suis consternée par la nourriture à l’encontre de toutes considérations
    3 fruits par semaine; jamais de céreales
    jamais de crudités
    je suis tout le temps souffrante de partout
    hypertension, rythme cardiaque déréglé

  29. MAFFRE Alain says:

    Comme le souligne le Dr WILLEM, nous sommes soumis à un empoisonnement bien coordonné dans notre monde occidental.
    Essayer de s’y soustraire devient un casse-tête chinois même en appliquant les conseils assidus du docteur.
    Salutations.

  30. Danièle Soler says:

    Etant donné qu’il y a un lien direct entre SANTE et ALIMENTATION (un grand merci aux Docteurs Kousmine, Seignalet, Willem, etc) et que chaque maman AIME très fort son bébé, ne serait-il pas temps de s’intéresser aux bienfaits de la PREMIERE alimentation: l’ALLAITEMENT? Dans tous les domaines, la sagesse est la PREVENTION.
    Lorsqu’un bébé vient au monde, son système immunitaire est IMMATURE, il ne sera mature que vers l’âge de deux ans et demi ou trois ans. Pour se construire correctement (et fonctionner EFFICACEMENT durant des décennies…) il a besoin des éléments contenus dans le lait HUMAIN (colostrum, etc.).
    Le lait de chaque mammifère a une composition différente, recette spécialement concoctée par Dame Nature pour chaque petit mammifère : si on nourrissait un agneau avec du lait de baleine, on le rendrait MALADE.
    Les Droits de l’enfant font partie des Droits de l’homme. Chaque petit humain a le DROIT d’être nourri au lait HUMAIN pendant les trois premières années de sa vie (et non par du lait en poudre issu de lait de vache traficoté en usine…).
    Tire-lait. Création emplois nourrices (mais ATTENTION : la maman qui aime tellement son bébé ne saura PAS tout ce qu’ingère la nourrice (boisson, nourriture, médicaments, etc.) et qui se retrouvera dans son lait…
    Non seulement l’allaitement est bon pour la SANTE de l’enfant (et de l’adulte qu’il deviendra), mais également : il favorise l’ATTACHEMENT mère-enfant (déterminant pour toute la vie) ; il réduit la probabilité d’un futur CANCER du sein ; développement correct de la MACHOIRE inférieure du bébé (suffisamment de place pour toutes les dents).
    Par ailleurs, l’allaitement protégerait les femmes de l’ENDOMETRIOSE. Les femmes qui ont allaité leurs bébés ont un risque significativement plus faible de souffrir d’endométriose, selon les résultats d’une étude publiée dans le British Medical Journal. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande «l’allaitement au SEIN exclusif du nourrisson jusqu’à l’âge de SIX mois» et de «poursuivre ensuite jusqu’à l’âge de DEUX ans au MOINS, en l’associant à une alimentation de complément qui convienne». Car le lait HUMAIN est l’aliment IDEAL pour les nouveau-nés et les nourrissons: il apporte TOUS les nutriments nécessaires à leur développement et contient des ANTICORPS qui les PROTEGENT (bon fonctionnement de leur système immunitaire).
    L’O.M.S. et l’ACADEMIE de MEDECINE RECOMMANDENT L’ALLAITEMENT. Mais voilà, il y a de REDOUTABLES LOBBYISTES qui travaillent dur! Les millions de «bébés guigoz» ont généré un chiffre d’affaires colossal (lait en poudre, biberons, chauffe-biberons…). Parce que des millions de mères ont été MANIPULEES par l’invention du mot «maternisé», par le talent des publicitaires et par la tentation du moindre effort… Et le silence retentissant de ceux qui savent!
    Augmentation constante du nombre d’ALLERGIES, de CANCERS PRECOCES, de maladies AUTO-IMMUNES… Respect des Droits de l’enfant. Principe de précaution.
    Le lait humain est GRATUIT et livré à la bonne température par Dame Nature…
    Qui fera le calcul du COUT total par bébé de toutes les boîtes de lait en poudre, biberons, chauffe-biberon, etc?
    Combien d’enfants vont-ils encore PATIR de l’habilité des lobbies, du déni ambiant et de la tentation du moindre effort?
    Les FUTURS BEBES vous remercient de votre aide. Pétition?
    Cordialement, Dany danysol777 arobase gmail.com

  31. Chris F says:

    Article très interessant. Mais comment savoir comment les aliments ont été conservés hydrogrnation, irradiation..

  32. Cariou says:

    Articles toujours très intéressants et qui peuvent vraiment aider le lecteur à l’inverse de ceux de Santé-Nature-Innovation qui ne sont , en fait, que des publicités pour vous vendre tel ou tel livre ou manuel et,
    en plus, sous format électronique.
    C’est vraiment « l’attrape-nigaud » type.
    Personnellement, je n’ai jamais pu mettre en pratique quoi que ce soit de leurs newsletters car aucun conseil précis n’y est donné .
    C’est toujours dans un but lucratif et à peine honnête parfois.

  33. Cariou says:

    Très bel article, fort intéressant
    et tout à fait pédagogique.
    Il peut apporter beaucoup à ceux qui daigneront le lire et le mettre en pratique.
    Merci Docteur Willem

  34. GLORIEUX says:

    FAUX !
    Le stress, aussi bien physique que psychique est le facteur majeur aggravant des émotions à l’origine de toutes maladies.
    Malheureusement de nos jours il est bien plus difficile de vivre sereinement que de bien manger ! Renvoyez donc la note aux médias et politiques de tous poils. Je crains fort qu’ils soient incapables d’améliorer les choses …

  35. Pagès Jocelyne says:

    Je lis vos article très attentivement Ils m’intéressent au plus au point Je vous remercie mille fois Bien cordialement

  36. bonneville says:

    et la pasteurisation ?

  37. Aigret says:

    Les huiles végétales : Le raffinage des huiles végétales leur fait perdre jusqu’à 20 % de leur contenu en vitamine E. Si l’huile est raffinée, elle a été chauffée au-delà de 1 000° C, ce qui favorise la modification chimique des acides gras et l’apparition de radicaux libres.
    Je pense plutôt à 100 degrés!

  38. elhachemi amar says:

    Bonjour et merci pour ces information
    Vous savez que l’industrie alimentaire à envenimer notre alimentation bio, et par conséquent on voit le résultat , ces maladies du siècle.
    Tout le monde est malade,la cause est évidente, mais les ministères de la santé cherche à trouver d’autre cause.
    Je suis médecin et je vois ce qu’endurent nos populations et surtout dans les pays du tiers monde.

  39. HORNECKER says:

    Comment pouvez-vous lier la maladie d’Alzheimer à l’alimentation ? Ma maman est atteinte de cette maladie alors qu’elle n’a jamais acheté (sauf exceptionnellement, endives en sachets) de légumes. Mes parents avaient un grand potager, ils congelaient les légumes ou certains étaient gardés dans un trou couvert dans le jardin. Il utilisaient le fumier du paysan d’à côté. Ils n’ont jamais acheté de plats cuisinés.

  40. LANCERAUX says:

    Bonjour Dr
    Que pensez-vous de la présentation éventuelle de vos livres à l’occasion d’un « Salon du bien-être » comme celui, annuel et maintenant connu, de Saulces-Monclin 08 ?
    Merci

  41. Monique-Yves CORNEZ says:

    Très heureuse de vous retrouver ce matin dans ma boîte à messages. Votre lettre m’a beaucoup manqué. Merci ! ! !

  42. martin says:

    merci beaucoup pour toutes vos bonnes études
    cordialement
    pour se débarrasser de l’hélico bactère pylory que doit on faire ?
    merci de m’aider

  43. MEYER says:

    Merci pour vos explications et mises en garde. Merci, en vous souhaitant tout le meilleur.

  44. Boris Marie Lise says:

    Merci pour tous ces conseils. J’ai pris conciance de toutes les erreurs je pouvais faire auparavant. La santé est un bien précieux et il faut la conserver

  45. perrotin says:

    merci docteur
    vous m’avez bien démoralisé….et pour un bon moment.
    le bilan sanitaire est bien désastreux et semble être irrémédiable.
    les 4/5 de votre bilan ressemble a des coups de marteau que l’on recoit sur la tête face aux quelques lignes de la fin nous indiquant que l’on a une petite chance de s’en sortir.
    psychologiquement parlant , c’est pas du meilleur effet…..je tente de me remettre et je continue malgré tout a lire vos précieux conseils
    cordialement
    Patrick perrotin

  46. mr kerjean paul says:

    merci
    pour votre lettre
    continuez de nous informer-
    il n’y a pas de fatalité -mais de nouvelles habitudes à prendre.
    Je suis retraité de la police nationale- j’ai donc le temps …

  47. londot says:

    Bonjour, comment svpl reconnaitre des aliments qui ont été irradiés ? merci

  48. GRENIER Pierre says:

    Je suis parfaitement d’accord avec ce que vous dites, mais certain vous dirons q’on a jamais vécu aussi vieux qu’à notre époque !

  49. Clausse says:

    Très bon article. Accessible, clair , concis, très efficace. Parfait . Le monde à besoin de gens qui font ce type d’article pour expliquer au plus grand nombre ce qui se passe autour de nous. BRAVO.

  50. dellisse monique says:

    bonjour docteur,
    merci pour tous vos bon conseils et lettres
    c’est un régal de vous lire j’applique du mieux
    toutes vos bonnes explications car allergique
    aux médicaments suite à une anesthésie
    je vie bien mieux ainsi et me porte très bien
    à 74 ans. vous nous apportez du bonheur.
    merci.

  51. simone pons says:

    merci. c’est toujours pertinent

  52. deuff says:

    Merci pour petit supplément d’info pour l’alimentaire mais quid des produits d’hygiène.Sinon toujours très intéressante la lettre du Dr WILLEM,
    Cordialement Alain

  53. Thérèse says:

    Bonjour, je cuisine moi même, je n’achète pas de plat préparé, j’ai des poules pour les oeufs, je cultive mes légumes et mes fruits, j’habite à la campagne, j’essaye de bien manger, je fais attention aux produits que j’achète même aux produits d’entretien, mais pensez vous que tout le monde peut acheter des fruits et des légumes, quand on voit certains prix de vente ??? le pouvoir d’achat des ouvriers et des retraités est en berne……
    d’autre part il faudrait peut être arrêter de tout traiter, où j’habite, on traite le colza à tout va et après on nous dit que l’huile de colza est bonne pour la santé !!!! cherchez l’erreur, les apiculteurs de ma région se plaignent de perdre des abeilles tous les ans…….
    il faudrait se libérer de l’emprise de Monsanto mais le nerf de la guerre c’est l’argent au détriment de la santé, et puis s’il y a beaucoup de malades, les labos se frottent les mains, il ne faut pas que les gens guérissent trop vite, ils vont perdre de l’argent…….

  54. Gérard Verret says:

    A noter Congélation-surgélation se fait toujours après traitement de blanchissement en vue de détruire es enzymes, facteur de dégradation du produit
    Les arguments exagérés décrédibilisent les arguments. Oui, les huiles raffinées sont à proscrire. Non, elles ne passent pas à 1000° mais à la vapeur à 250°
    Sources seraient précieuses pour attester que le séchage, tellement en vogue (déshydrateur) fasse perdre les vitamines. Vous écrivez en effet  » aliments déshydratés, dont on a enlevé l’eau ; or avec l’eau, un certain nombre de vitamines disparaissent »
    Lyophilisation : c’est toujours l’eau qui est éliminé (par sublimation). Alors pourquoi ici les vitamines seraient mieux conservées que dans la déshydratation ?

  55. Vallès says:

    Merci Dr Willem pour vos lettres de conseils , je les lis avec intérêt, je pousuis ensuite vos oeuvres dans les mediatheques si c’est possible. Je guette le jour ou vous aborderez le problème récurant de la prostate qui pourrie la vie d’un homme et de son epouse qui peine avec lui a trouver une solution naturelle, permettant au moins de dormir 3 heures en paix, merci infiniment pour tout le reste.

  56. Vous avez parfaitement raison.par manque de temps, par economie de gaz aussi, (il faut y penser) les gens achetent des plats prepares qui prennent pas de temps a cuire et usent 100 fois moins d,energie (gaz ou electricite) Je profite de ce commentaire pour vous posez une question: j,ai et souffre d,une arthrose au genou droit et les pommades que j,y met diclofenac ou une pommade qui apaise les douleurs de l,arthrose, rien n,est tres probant.Je souffre pour descendre les escaliers et la marche est ralentie.Que faire? quoi prendre? les medications preconisees sur le web sont hors de prix pour mon budget assez febrile….Dites moi par retour de message.S,il vous plait Docteur Willem myriam molin

  57. ERB says:

    Merci pour l’info sur la qualité de notre nourriture.
    de plus, le bio est systèmatiquement importé, car c’est trop difficile d’en faire une culture française..
    Où allons nous ?
    Merci de vous battre pour une nourriture plus saine !!! RME

  58. Pernin says:

    Je suis assidue a5vos lettre
    Et merci pour tous vos conseils. Voys ne parlez pas de la stérilisation comme faisait nos parents et que je fais moi même. Ayant un grd jardin pour me nourrir qu’avec ma production, je sterilise Bcp, certains aliments ne se congelent pas. Une fois cueilli, je lave , sèche et mets nature mes légumes dans les bocaux que je sterelisent de 10mn a 2h suivant l’aliment y compris les lapins que je place cru dans les bocaux et fait stériliser 2h30. J’aimerais avoir votre avis.

  59. DATEU says:

    Je ne peux qu’ adhérer à tous ces conseils
    je cuisine beaucoup car non seulement cela protège la santé mais agit sur le moral aux moyen des odeurs et de la couleur des légumes fruits condiments épices ( créativité)

  60. Bob2a says:

    Le pb quand on est soucieux de son alimentation est d’eviter le pire, or les produits utilises ne figurent pas sur les fruits et legumes. Comment savoir la quantite de pesticides diffusee dans les pommes, bananes… ensuite combien de fruits et legumes contiennent les oligo-elements recherches ? Si nous vivons plus vieux malgre la mal-bouffe, c’est juste parce que nous mutons, et devenons resistants aux produits Monsanto, faut-il s’en rejouir ?

  61. ZUCCARELLO says:

    Que fait le gouvernement face à tout ça?
    Pourquoi il ne réagit pas pour réglementer?
    C’est vrai que les lobby agroalimentaires sont si puissants?
    A nous consommateurs de refuser d’acheter tous ces mauvais produits. Ensemble nous avons aussi du pouvoir ils seront bien obligés de changer s’ils veulent vendre leurs produits.

  62. delaigue says:

    Bonjour Monsieur!

    Je vous félicite pour cette très bonne analyse de la réalité!

    « Pas le temps de… » pas de problème,les solutions pratiques sont ici dans le commerce (du tout prèt,des « selfs » etc..

    On a rien en qualité si on ne fait pas 1 minimum d’effort,d’attention,de réflexion.
    Eduquer les enfants en expliquant oui mais il y a la cantine (plats industriels,du pas cher…) et quand c’est du quotidien,c’est compliqué…
    Plus les produits sont bruts,mieux c’est; casser les noix au lieu d’acheter des cernaux (oxydés).,des bouteilles d’huile en verre (on évite les molécules polluantes du plastique pour soi et plus tard,pour notre environnement) …
    Merci Monsieur!

  63. Machet says:

    Bonjour et merci pour cet article. J’y ai appris la différence entre les aliments déshydratés et lyophilisés. Mais quand vous dites « Vous le voyez, l’homme empoisonné », la femme ne l’est pas ou bien oubliez-vous la moitié de l’humanité?

  64. Bonjour Dr

    Dans cette lettre vous indiquez que le sel est du sodium pur. Non, il s’agit de chlorure de sodium pur.
    Comme vous l’avez appris à l’école si vous mettez du sodium pur dans de l’eau il explose!
    C’est juste une coquille à enlever.
    Salutations,

  65. Maflor says:

    J’apprécie vivement le soin et la conscience professionnelle que vous avez mis dans cet article si dense et si riche d’enseignements.
    Chaque médecin devrait l’avoir lu! Malheureusement, les praticiens limitent trop souvent leurs actes à un diagnostic bien précis pour lequel un protocole est servi selon « les études scientifiques reconnues ».
    Bon printemps à vous, sur tous les plans!

  66. Pino says:

    Bonjour très cher docteur,
    Je vous apprécie vraiment beaucoup. est-il possible d’avoir votre livre Pollutions et santé au format PDF.
    Si oui, je vous paierai par voie électronique. Je vous lis depuis très longtemps ! Vous faites partie des personnes en qui j’ai une confiance sans limite.
    D’avance, cher protecteur de notre santé, je vous remercie.

  67. SERVATY Daniel says:

    Votre lettre (comme toutes vos lettres d’ailleurs) est très intéressante. Mais comment expliquez-vous que l’espérance de vie à la naissance ne cesse d’augmenter depuis des décennies, et continue à augmenter au même rythme (on vit de 3 à 4 mois en plus chaque année), alors qu’on mange de plus en plus mal?
    Merci pour votre réponse
    Cordialement
    Daniel SERVATY

  68. chirot says:

    merci pour tous vos précieux conseils

  69. Boutinaud says:

    Entièrement d’accord. J’ai commencé à changer mon alimentation à l’âge de 28 ans. J’en ai actuellement 71 et je suis en parfaite santé ne prenant aucun médicament !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *