Cette petite glande est peut-être responsable de tous vos soucis !

 

Il y a quelques signes qui ne trompent pas !

C’est pourquoi si vous êtes en permanence fatigué, que vous manquez d’entrain et :

  • Si vous avez un grand besoin de sommeil
  • Si vous prenez du poids alors que vous avez perdu l’appétit
  • Que votre transit intestinal fonctionne au ralenti et que vous êtes constipé
  • Si vous êtes aussi frileux et ne supportez plus le froid…
  • …et que vos cheveux et vos ongles sont cassants et la peau sèche…

…Alors vous souffrez peut-être d’hypothyroïdie.

Et si ce n’est pas vous, je suis presque sûr que vous avez dans votre famille ou parmi vos proches une personne atteinte d’hypothyroïdie. On estime qu’au moins 15 % de Français souffrent de ce type de pathologie, et pour le grand spécialiste des hormones, le Dr Jacques Hertoghe, c’est même 80 % de la population qui présente une faiblesse en hormones thyroïdiennes.

Les plus touchées, ce sont les femmes : elles sont cinq à sept fois plus souvent atteintes que les hommes. On explique ça par l’interaction entre les hormones thyroïdiennes et ovariennes. Elles émergent notamment lors de la grossesse du post-partum et de la ménopause.

En plus des symptômes que je viens d’évoquer, l’hypothyroïdie peut avoir des répercussions sur le plan neuropsychique. Ainsi, la lenteur intellectuelle est manifeste chez les personnes touchées. Elle est souvent accompagnée :

  • De troubles de la mémoire et d’une lassitude et d’une paresse cérébrale ;
  • Les personnes touchées semblent se désintéresser de tout, leur parole est lente ;
  • Des sautes d’humeur pouvant aller jusqu’à la dépression sont fréquentes.

La thyroïde agit sur tous vos organes !

La thyroïde est une petite glande située à la base du cou. Elle fabrique des hormones capitales pour notre équilibre. Chacune de nos milliards de cellules est stimulée par nos hormones thyroïdiennes.

On comprend que son dérèglement conduise à de nombreux troubles : problèmes de poids, sautes d’humeur, palpitations, troubles digestifs, fatigue…

Notre peau, nos os, notre cœur, notre cerveau… Rien n’échappe à l’influence des hormones thyroïdiennes.

La peau se modifie sous leur influence ; si elles viennent à manquer, elle s’épaissit et devient froide.

Les hormones thyroïdiennes exercent aussi une régulation sur l’ossification et favorisent la maturation des cartilages de croissance. Ainsi, chez l’enfant, une carence hormonale ralentit l’apparition des points d’ossification, alors qu’un excès hormonal l’accélère. Chez l’adulte, les hormones thyroïdiennes jouent un rôle sur le renouvellement osseux. Ce dernier se ralentit en cas d’excès. Les hyperthyroïdiens dont la maladie évolue depuis longtemps risquent une ostéoporose.

Quant au cœur, lui aussi est régulé en partie par les hormones thyroïdiennes. La fréquence des battements cardiaques augmente si elles sont en excès et diminue dans les cas contraires.

Le cerveau est également soumis aux influences des hormones thyroïdiennes, et ce bien avant la naissance. Elles sont indispensables au bon développement cérébral des enfants avant et après la naissance.

Comment savoir si vous êtes touché ?

Quand cette petite glande secrète trop d’hormones thyroïdiennes, on parle d’hyperthyroïdie : ça se manifeste par une accélération de tous les processus biologiques.

Dans l’hypothyroïdie, au contraire, tout l’organisme est ralenti : le métabolisme de base, la production de chaleur, le rythme cardiaque, le transit intestinal, la combustion des graisses, etc.

Simplement en palpant la thyroïde, le médecin peut déjà repérer des anomalies : d’abord, l’augmentation de la taille de cette petite glande ; elle peut aller jusqu’à former un goitre, mais le médecin peut aussi déceler la présence de tuméfactions ou de nodules.

Quand il soupçonne un dérèglement, le médecin prescrit d’abord des analyses de sang pour doser les hormones thyroïdiennes : T3, T4 et la TSH. Si les résultats montrent une anomalie, un dosage d’anticorps thyroïdiens dans le sang est alors réalisé pour rechercher une thyroïdite d’Hashimoto, une maladie auto-immune.

Pour fonctionner de façon optimale, produire les hormones thyroïdiennes en quantité suffisante et répondre aux besoins de l’organisme, la thyroïde utilise un certain nombre de nutriments incluant des minéraux : l’iode, le magnésium, le fer, le mobyldène, le sélénium ou le zinc, mais aussi des vitamines du groupe B (R1 ;B2 ;Bb ;B8) la vitamine E et l’acide aminé L-Tyrosine.

L’iode pour la synthèse des hormones

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’insuffisance d’iode dans l’alimentation posait d’importants problèmes de santé en Europe. À cause de cette carence en iode, les habitants des zones montagneuses éloignées de la mer étaient souvent victimes d’hypothyroïdie congénitale. Cette dernière était elle-même responsable de nombreux goitres et de crétinisme. C’est comme ça que l’expression « Crétin des Alpes » est née…. Toutefois, regardez autour de vous, il n’y a pas que dans les montagnes qu’on rencontre des crétins !

L’iode, indispensable à la synthèse des hormones thyroïdiennes, est apporté par l’alimentation (algues). On considère qu’une personne présente une carence iodée lorsque ses apports sont inférieurs à 100µg par jour. Au-dessous de cette limite, des goitres peuvent se former.

C’est pourquoi, chez le nouveau-né, il faut être extrêmement vigilant quant à l’utilisation d’antiseptiques iodés. Absorbés par la peau et les muqueuses, ces produits sont susceptibles de provoquer une intoxication iodée et à plus forte raison, une hypothyroïdie.

Aujourd’hui, les pays industrialisés souffrent moins du manque d’iode grâce à l’iodation systématique du sel de cuisine et à la diversification de l’alimentation. Le lait et les produits laitiers ont une forte teneur en iode en raison de l’emploi de fertilisants riches en iode et l’usage de médicaments vétérinaires contenant de l’iode. Les fruits de mer et le poisson sont également une source importante d’iode.

L’apport iodé reste toutefois insuffisant pour certaines catégories de la population : les végétariens stricts ou les femmes, au cours de la grossesse et de l’allaitement.

Voici les apports journaliers recommandés : nos besoins physiologiques journaliers devraient être couverts par nos apports alimentaires, mais les besoins en iode évoluent en fonction de l’âge. L’apport alimentaire recommandé par les instances internationales est le suivant : entre 0 et 12 mois : 50 µg, entre 1-6 ans : 90 µg ; entre 7 et 12 ans : 120 µg ; après 12 ans : 150 µg ; grossesse et allaitement : 200 µg.

Les ennemis de votre thyroïde

1. Le stress : Les effets du stress sur la fonction thyroïdienne ne sont pas négligeables. S’il peut jouer un rôle dans le déclenchement des maladies thyroïdiennes, il a également une influence sur la fonction thyroïdienne, sans nécessairement déclencher un dérèglement à long terme. Le stress modifie également, de façon transitoire, la sécrétion des hormones thyroïdiennes. L’expérience montre que les facteurs de stress sont aussi en cause dans le déclenchement des thyroïdites de Hashimoto, qui s’accompagnent d’une hypothyroïdie. On sait que le stress tend à affaiblir la fonction immunitaire. Cet effet serait amplifié chez les personnes prédisposées. Leur production d’auto-anticorps antithyroïdiens ne serait plus freinée, le système s’emballerait et déclencherait la maladie. L’organisme produit naturellement des auto-anticorps. Cette production est maintenue à un niveau bas par le système immunitaire qui considère erronément ses propres tissus comme des corps étrangers. Si leur production n’est plus freinée, en particulier en situation de stress, leur quantité augmente et leur effet néfaste peut affecter, entre autres, la fonction thyroïdienne. Dans ce cas prendre Immunorégul (Labo Phyt’Inov).

2. Le tabac : 
au chapitre des méfaits bien connus du tabac, on peut ajouter ses effets toxiques pour la thyroïde. La fumée de cigarette contient des dérivés (les thiocyanates) qui bloquent le fonctionnement thyroïdien et détruisent très probablement certaines cellules thyroïdiennes. Chez les personnes prédisposées aux maladies thyroïdiennes, la tabagie, même légère, peut faire basculer du mauvais côté…

Le traitement de base de l’hypothyroïdie à voir avec votre médecin

Exception faite de certains cas où il suffit d’arrêter les antithyroïdiens de synthèse pour normaliser la fonction de la glande, le traitement repose sur la prise régulière d’hormones thyroïdiennes (T3 et T4) afin d’abaisser la TSH aux valeurs normales.

Plusieurs laboratoires fabriquent et mettent sur le marché des hormones thyroïdiennes de synthèse (dénommés T3 et T4). En France la T4 est commercialisée sous le nom de Thyroxine® ou de Levothyrox®, sous forme de comprimés sécables ou en gouttes, et la T3 est commercialisée sous le nom de Cynomel®.

Le traitement d’une hypothyroïdie repose sur l’administration quotidienne d’hormones thyroïdiennes. Le plus souvent, il doit être poursuivi à vie.

Parlez-en avec votre médecin, il vous conseillera un traitement adapté à votre morphologie et à vos bilans sanguins.

Des remèdes naturels pour renforcer votre traitement

1. Les Algues : Les propriétés des algues sont connues depuis des milliers d’années. Il existe une algue bleue-verte qui est l’aliment le plus complet de la planète : l’Aphanizomenon. Elle peut combler toutes les carences grâce à ses 115 micronutriments. Elle possède tous les acides aminés essentiels et non essentiels, 13 protéines, des nucléoprotides (structure de base de l’ADN et ARN), des hormones végétales. Elle régule l’ensemble des métabolismes, renforce les défenses immunitaires, lutte contre les radicaux libres, protège contre toutes les formes de pollution, combat l’inflammation, stimule la régénération cellulaire. Il en ressort une capacité d’amélioration générale de la santé. Cette algue est vivement conseillée pour régulariser les fonctions de la thyroïde et restaurer l’ensemble du terrain. (AFALG de laboratoires Phyt-Inov : 2 gélules 2 fois par jour. Je connais des chefs d’entreprise et des athlètes qui en prennent 12 par jour, ils pètent la forme !)

2. Acides gras : Pour renforcer la réceptivité des cellules aux hormones, les acides gras mono ou poly-insaturé augmentent la fluidité des membranes et les échanges des éléments nutritifs. On les trouve dans l’alimentation ou dans les compléments alimentaires. Malheureusement, les poissons sont contaminés, sauf le Krill que l’on trouve dans les profondeurs de la mer :

  • Epa-Krill : 2 gélules aux 2 repas, procéder par cure de 3 semaines ;
  • Oxyolyse : un antioxydant composé de goji, açai, grenade : 2 fois, 2 gélules ; Biolinel (huile de lin) ;
  • Oméga 3 Labo Phyt’Inov 2 fois par jour 2 gélules.

3. Compléments alimentaires : Des laboratoires ont mis au point des produits efficaces qui assurent le bon fonctionnement de la thyroïde. Ainsi, le Thyregul des laboratoires Phyt’Inov, recèle des compléments alimentaires associant des extraits de plantes, des algues, des Huiles Essentielles, des acides aminés et des vitamines pour assurer la régulation neuroendocrinienne et plus particulièrement l’équilibre thyroïdien.

4. Les huiles essentielles
 (HE) : On dispose d’HE qui stimulent les cellules thyroïdiennes. Je pense notamment à HE de Girofle (clou) et de Myrte vert, de carotte sauvage. Acheter un flacon de 5 ml de chaque. Mettre 1 goutte de chaque HE sur un support tel qu’un comprimé neutre. Absorber 3 fois par jour avant les repas.

5. Gemmothérapie : 
Le matin 50 gouttes dans de l’eau : betula pubescens. Bourgeons macérat glycériné 1 D 125ml ; Le midi 50 gouttes dans de l’eau : Prunus amygdalus ; Le soir 50 gouttes dans de l’eau : Ficus carica. Les désordres de la thyroïde sont souvent la conséquence d’un stress majeur ou de stress répétitifs : Quiet full, 2 fois 2 gélules (labo Phyt’Inov).

6. Homéopathie 
: Dans tous les cas, l’homéopathie peut être très avantageusement associée à l’allopathie. Pour cela, consulter un médecin homéopathe pour avoir un traitement de fond qui restaurera le terrain. Iodum 5 CH ; Thyroidea 5 CH 3 tubes de chaque, 3 granules 2 fois par jour ; Calcarea Carbonica (extrait de l’écaille d’huître) : hypothyroïdie avec goitre, chez un patient obèse, transpirant de la tête, peureux, lent ; les règles sont en avance et abondantes. Graphites : hypothyroïdie et présence d’un myxcedème, avec obésité chez un patient triste, apathique, indécis, frileux ; les règles sont peu abondantes et en retard, frigidité, inflammation des paupières et des yeux. Prendre en 7 CH, 5 granules matin et soir pendant plusieurs mois. Remèdes de terrain Thuya Occidentalis : tendance aux excroissances diverses ; perte de la queue du sourcil ; difficulté à élaborer des idées ; Baryta Carbonica : hypothyroïdie avec goitre gênant la respiration Prendre en 9 CH, une dose par semaine pendant 2 mois.

N’arrêtez jamais le traitement prescrit par votre médecin, et accompagnez-le de ces apports des médecines naturelles en travaillant votre terrain, en veillant à l’apport des bons nutriments. Si vous voulez en savoir plus, je détaille tout cela dans mon livre « Les pathologies de la thyroïde » aux éditions Dauphin. Vous disposerez d’un tour d’horizon plus complet de cette pathologie si complexe.

Je vous souhaite une très belle semaine et surtout, restez en forme !

Dr Jean-Pierre Willem

PS : Comme promis, voici quelques valeurs de référence.

Les différents examens biologiques

Les valeurs numériques « normales » des dosages varient en fonction des laboratoires d’analyse. Ces variations s’expliquent du fait que les hormones, qui circulent en très faible quantité dans le sang, sont fluctuantes.

Chaque laboratoire dispose de ses propres valeurs. Ce qui explique des différences de dosage au niveau des valeurs des résultats d’analyse :

  • TSH : Ou thyréostimuline hypophysaire. C’est le test de référence de la fonction thyroïdienne. Son dosage indique que la thyroïde est soit normale (euthyroïdie), soit en hyper ou hypothyroïdie. La TSH est abaissée en présence d’une hyperthyroïdie, élevée dans l’hypothyroïdie. Valeur normale comprise entre 0,15 et 3,5 mU/l (milliunité par litre).
  • T4 : Cette hormone thyroïdienne contient quatre atomes d’iode (tétraiodothyronine encore appelée thyroxine). Elle quantifie le niveau de sécrétion. Elle est très peu active. Elle est considérée comme une prohormone. Valeur : 40 à 115 mµ/ml. T4 libre de 9 à 25 pmol/l.
  • T3 : C’est l’hormone thyroïdienne la plus active. La triodothyronine (3 atomes d’iode). Elle quantifie le niveau de sécrétion. Elle est obtenue par conversion de la T4 en T3. Valeur 0,75 à 1,60 mµ/ml. T3 libre de 3,5 à 8pmol/l.
  • Autoanticorps : Dans les maladies auto-immunes on met en évidence des autoanticorps. Antithyroglobuline, antithyréopéroxydase, dans la thyroïdite D’Hashimoto. Même en bonne santé, les autoanticorps spécifiques sont présents dans l’organisme mais à des niveaux faibles.
  • Iode : Les besoins en iode évoluent en fonction de l’âge et de la physiologie (grossesse, allaitement). Valeur : 150 mµ/ jour et 200 mµ chez la femme enceinte ou allaitante.

L’ensemble des signes cliniques qui doivent vous mettre la puce à l’oreille

  • Asthénie (dans 99 % des cas, celle-ci est constatée)
  • Frilosité (90 %)
  • Léthargie (90 %)
  • Bradycardie (95 %)
  • Troubles cutanés divers. Peau sèche (97 %0)
  • transpiration faible (89 %)
  • Parole lente et mouvements lents
  • Goitre ou atrophie thyroïdienne
  • Température basse, extrémités froides
  • Réflexe achilléen lent
  • Troubles de la mémoire (65 %)
  • Crampes (75 %)
  • Constipation (60 %)
  • Troubles psychiques (35 %)
  • Sourcil d’Hertoghe (perte de la queue du sourcil)
  • Paumes et plantes jaunes
  • Cheveux et ongles fragiles, chute des cheveux (60 %)
  • Prise de poids (60 %)
  • Voix rauque, visage bouffi (55 %)
  • Syndrome du canal carpien. 6 cas sur 10
Articles similaires


Sources



28 réponses à « Cette petite glande est peut-être responsable de tous vos soucis ! »

  1. BAUDIN l. says:

    Pourriez-vous nous en dire plus sur l’hypothyroïdie, qui semble mal connue ou mal médiatisée
    Elle est venue après la modification du Lévothyrox pris pour hypothyroïdie depuis longtemps, pour moi )

  2. bertholet says:

    Bo ‘our depuis le changement du médicament levothyrox je ne suis plus le même j ai pris du poids je me lève fatigue ,mon médecin m a fait prescrire un appareil pour l apnée du sommeil. Je suis toujours aussi fatigué je transpire pour un moindre effort ,j ai perdu beaucoup de cheveux que dois je faire je suis a la dose 150 j ai plus envie de continuer la prise de ce médicament merci

  3. Christian F. says:

    Bonjour,
    Je suis en hypothyroïdie depuis quelques année.
    Un jour, lors d’une consultation, un médecin m’a prescrit une analyse du sang de contrôle, de routine.
    Il a relevé une TSH élevée de l’ordre de 4. Je n’avais pas de symptomes d’hypothyroïdie.
    J’ai pris du Levothyrox 500 pendant quelques années, ce qui n’a entrainé aucun changement de mon état, puisque j’allais bien.
    Puis il m’a augmenté la dose à 100 ; aucun changement, ni en bien ni en mal.
    J’ai voulu en avoir le coeur net et faire mon expérience : j’ai abaissé la dose à 500 pendant plusieurs mois, aucun changement de mon état, aucun symptôme.
    Puis j’ai arrêté de prendre le Levothyrox pendant plusieurs mois, encore pas de modification de mon état, j’allais toujours aussi bien.
    Je précise que j’ai courru 2 marathons en 2 ans pendant cette période ou je faisais ma « cuisine » moi-même comme dit mon médecin (il n’en savait rien, bien sûr).
    Après cette période où je ne prenais plus de Levothyrox, ma TSH était à 9 !
    Ma question : pourquoi puis-je passer d’une supplémentation de Levothyrox 500 à 100, puis revenir à 500, puis à 0 sans ressentir la moindre modification de mon état ? Et pourtant, je suis en hypothyroïdie puisque sans Levothyrox ma TSH est à 9.
    Merci à vous.

  4. BATORI Elisabeth says:

    abblation thyroide 2006 récidive 2013 ré opération toujours en récidive, plus rien à faire car j’ai déjà eu en plus 2 irathérapies. antécédents très lourds compliquant les traitements : hepatite a, vhc4, myelome auto greffe en 2011, pic à 28,9, récidive actuelle on ne fait rien, apparemment traitement plus dangereux que maladie ? thrombose cérébrale caillot au sinus gauche et jugulaire bouchée, ,pancréatite aigue E (balthazar), BPCO suite infection grippale bocavirus, myxovirus influanza A et pneumonie, mise en SDRA près d’1 mois avec complication de phlébite jambe droite, séquelle fibrose secondaire, malformation de chiari et enfin cholécystectomie. désolée pour ce long message mais cas particulier. Y a t il quelque chose à faire, naturopathe, acupuncteur ? depuis 2015 je fais 1 cure de 3 mois gelée royale, ensuite 33 mois de spiruline et après sève de bouleau dans mon jardin je fais ma récolte. Tous cela est il vraiment utile où est ce que je perds mon temps et mon argent ? Pouvez vous me conseiller. Une malade qui n’en peut plus! Merci pour votre réponse. cordialement

  5. thérèse Led says:

    MERCI POUR CETTE GENEREUSE INFORMATION TELLEMENT NECESSAIRE AU PATIENT POUR SE PRENDRE EN CHARGE

  6. Grimaldi says:

    Merci Docteur Willem, pour tous vos conseils et produits naturels, Mais le gros problème, c’est que nous voudrions toutes pouvoir ne plus dépendre de tous ces’produits chimiques, et prendre les produits naturels que vous proposez, mais comment le faire si nos endrocrinologues ne nous aide pas à faire le changement, car lorsque l’on n’a plus de thyroïde les dosages doivent être précis et adaptés à chaque personne. Moi j’ai une thyroïde desséchée depuis plus de 25 ans, je ne sais pourquoi, j’ai vu 2 endocrinologues qui mon fait passer du levothyrox 75 à du 100 avec perte de poids, malaises, mais rien à faire de mon avis, aujourd’hui avec la dernière j’avais fini par être stable avec 3 jours à 125 divisé par deux et 4 jours à 75.
    Mais après ce changement brutale que nous avons eu. il m’a fallu 1 an pour remettre tout en ordre avec eutirox et je dois rechanger de molécule en Décembre pour changer de laboratoire. Donc, si je pouvais avoir un médecin qui m’aide avec des produits naturels, j’en serais ravie. Si vous pouvez me répondre. Merci

  7. Grimaldi says:

    Merci Docteur Willem, pour tous vos conseils et produits naturels, Mais le gros problème, c’est que nous voudrions toutes pouvoir ne plus dépendre de tous ces’produits chimiques, et prendre les produits naturels que vous proposez, mais comment le faire si nos endrocrinologues ne nous aide pas à faire le changement, car lorsque l’on n’a plus de thyroïde les dosages doivent être précis et adaptés à chaque personne. Moi j’ai une thyroïde desséchée depuis plus de 25 ans, je ne sais pourquoi, j’ai vu 2 endocrinologues qui mon fait passer du levothyrox 75 à du 100 avec perte de poids, malaises, mais rien à faire de mon avis, aujourd’hui avec la dernière j’avais fini par être stable avec 3 jours à 125 divisé par deux et 4 jours à 75.
    Mais après ce changement brutale que nous avons eu. il m’a fallu 1 an pour remettre tout en ordre avec eutirox et je dois rechanger de molécule en Décembre pour changer de laboratoire. Donc, si je pouvais avoir un médecin qui m’aide avec des produits naturels, j’en serais ravie. Si vous pouvez me répondre. Merci

  8. Bonsoir

    Avez-vous une proposition pour les personnes qui ont subi une ablation de la thyroïde et qui prennent du lévotirox?

  9. Je suis sous l thyroxine Henning 50mg.
    Je prends depuis peu des gélules pour la flore intestinale du laboratoire Ollisciences .debut août, j ai eu des malaises accompagnés d angoisses suite aux 3 semaines de canicule et forte transpiration ( pertes de oligo éléments ? ) et l annonce de la maladie grave de mon meilleur ami .
    j ai dû me faire accompagner dans les espaces ouverts :rue ,magasins etc… seuls les espaces fermés me convenaient …Les médecins parlent de fatigue, toutes les analyses sont bonnes ,même thyroïde.
    J ai pris du magnésium marin et autre .cela a duré un mois …Une amie m a parlé de spasmophilie ..mis à part de ne plus sentir ses extrémités ,j avais les mêmes symptômes. ..Est ce lié à la thyroïde ? Puis je compléter le levothyrox avec tyrregul?connaissez vous un médecin de votre trampe à Strasbourg ?

  10. Sautière Christine says:

    N’ayant plus de thyroïde du tout – je suis sous EUTHYRAL 100 – j’ai effectivement certains effets secondaires décrits plus haut.
    Prises de poids importante 1k par 1k j’en suis arrivée à 18 k. J’ai toujours trop chaud et souffre du manque d’air. Syndrome du canal carpien – douleurs musculaires – trouble de la mémoire – fatigue. Mais mon médecin ne tient pas compte de tout cela je pense qu’il n’y comprend rien et que cela doit être dans ma tête…..Merci de me répondre.

  11. Caussin catherine says:

    Bonjour
    Quand on a subi une ablation totale de la thyroïde,le levothyrox est il le seul traitement possible ?
    Merci à vous

  12. prise de poids opération ablation tyroide je suis en hypothyroidie gonflement glande du cou gonflee fatiguée empêche respiration medicaments L-thyroxine 215 mg cynomel 1/2 comprimé et un quart matin après repas 1/2 pour l’après midi
    comment s’en sortir pour être mieux tension approuvé le 150 mg 1 c le matin
    Merci
    martine.chatenay@orange. fr

  13. CONSTANT Claude says:

    ce que je ne trouve pas, dans vos intéressantes rubriques, ce sont des conseils éclairés, pour les patients qui ont subi une ablation totale de la thyroide.
    Je vous remercie vivement de nous éclairer
    sur ce point.

  14. Enfin un excellent exposé sur la glande thyroïde.
    Mais peut on ajouter au traitement avec le levothyrox, les produits cités dans votre dossier : thuya Occidentalis en particulier?
    Merci pour votre conseil.

  15. Marie Perrazi says:

    je rêve de rencontrer un médecin compétent sur cette question et de me passer du levothyrox. une recommandation sur la région parisienne?

  16. Bonsoir Docteur,
    Je viens de lire votre article sur la thyroïde,
    je suis en hypothyroïde depuis 20 ans, je prends du lévothyrox. Je n’ai plus de glande thyroïde. Que faire si on supprime le lévothyrox sur le marché ?
    J’avais déjà du mal à doser mon traitement, suite à la nouvelle formule.
    Je souhaiterai avoir une réponse ?
    Merci d’avance.

  17. Morvan says:

    Merci Dr. Willem pour vos conseils sur l’hypothyroïdie ! Suite à des nodules…je n’ai plus de thyroïde du tout ! Quels conseils me donnrez vous ? J’ai 50 ans …Sueur, tremblements, saute d’humeur et beaucoup de stress dans mon boulot
    Bien à vous.

  18. harim says:

    est il obligatoire l’intervention chirurgicale pour le goitre Multi nodulaire même si la glande est en intacte et le bilan des hormones est toujours bon !

  19. Manuéla Répillet says:

    je vie depuis 6 ans sans thyroide il y a t-il des conseilles pour ses femme qui non plus de thyroide

  20. Croq says:

    Merci pour Tyregul + alfa ..la petite algue : si complète…..!
    Depuis ces prises bénéfiques pour moi ,
    je me sens nettement libérée..de ce mauvais…Evothyrox !!!! .

  21. ROSSI says:

    MERCI POUR CES CONSEILS PRECIEUX . JE VAIS ACHETER VOTRE BOUQUIN AFIN DE ME DONNER UNE MARCHE A SUIVRE CAR ETANT EN HYPO, JE RENCONTRE PAS MAL DE PROBLEMES ET JE SOUHAITE M ORIENTER SUR DES TRAITEMENTS PLUS NATURELS . AUCUN MEDECIN OU ENDOCRINO M A PRIS EN CHARGE SERIEUSEMENT . JE VS REMERCIE

  22. sibeud says:

    Bonjour Docteur,
    Je suis sans thyroide suite à une opération chirurgicale, comment faire pour mon avenir.
    Merci de votre réponse.

  23. Follerot says:

    Merci Dr. Willem pour vos conseils sur l’hypothyroïdie ! Mais d’autres sont bien plus handicapés encore, car ils (ou elles) n’ont plus de thyroïde du tout ! Quels conseils pour eux ou elles ?
    Bien à vous.

  24. Martine Navarro/ says:

    De hypo à 5,3 hashimoto suis sous euthyrox à 56 mais depuis 5 jours insomnie problèmes digestif .je me baigne tous les jours à la mer faut il arrêter car peut être trop d iode.me recommander vous thyregul .merci

  25. BONICEL says:

    Merci de tout coeur
    Je me demande si je ne vais pas devoir faire lire ceci au medecin qui par rapport a ma vie a decide de me classer dépressive donc sous antidepresseur mais en changeant de médecin me voila sous levothyrox mais maintenant je vais insister pour avoir une ordonnance chez un andocrinologue 😵mais je suis si fatiguee que je nen ai même pnus la force.

  26. Averlant says:

    D’hyperthyroïdie je suis passée en hypo. L’endocrinologue me prescrit du lévothyrox je souhaiterais rencontrer un endocrino qui me prescrive des produits naturels et ciblés évoqués dans votre mail pouvez vous m’aider ?
    Un grand merci
    Bien à vous

  27. LE MOING says:

    Bonjour,

    Je retrouve chez moi presque l’ensemble des symptômes que vous décrivez (sauf la prise de poids). Je suis sous levothyrox depuis 15 ans et je suis régulièrement obligée d’augmenter la dose. Je suis en Bretagne, qui aller voir pour me faire accompagner médicalement et diminuer petit à petit ce médicament ?
    Merci de vos conseils.
    Cordialement

  28. BOSTEEN says:

    Mille Merci, article complet et intéressant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *