Ces minuscules poisons sont un énorme problème !

Chère amie, cher ami,

Je ne veux surtout pas vous affoler. Mais depuis quelques années, nous sommes pris d’assauts par des poisons invisibles.

Ils sont totalement invisibles parce qu’ils sont minuscules. Plus que minuscules même. On appelle ça les nanoparticules, vous avez sûrement déjà entendu ce mot.

Les nanoparticules, également appelées particules ultrafines, sont des molécules dont la taille varie entre un et cent nanomètres (millième partie du micromètre).

L’ADN mesure 2,5 nanomètres. Si cela peut vous aider à vous faire une idée : un cheveu humain fait environ 20 000 nanomètres d’épaisseur. Elles sont donc largement plus petites qu’une cellule.

Ces nanoparticules instaurent une nouvelle étape de la chimie industrielle inédite à ce jour : c’est à la fois fascinant et terriblement inquiétant :

  • Fascinant, parce que des biotechniciens géniaux ou des démiurges sont susceptibles aujourd’hui de générer des propriétés physico-chimiques nouvelles ;
  • Inquiétant : car à ce niveau infinitésimal, les conséquences à long terme sur l’organisme sont totalement imprédictibles.

Les nanoparticules sont très répandues, surtout dans les produits de soin, les cosmétiques, les vêtements, les articles de sport, les produits pour le jardin et la maison, les boissons, les bâtiments, l’automobile, l’électronique, la médecine, la chimie, le textile, la pharmacie, l’agroalimentaire, l’optique, etc.

Vous voyez, on retrouve ces particules invisibles presque partout, et tout autour de nous dans notre quotidien :

  • Les dentifrices peuvent contenir les nanomatériaux suivants : dioxyde de titane TiO2 (blancheur de la pâte), silice SiO2 (abrasion), phosphate de calcium (comblement des fissures), peroxyde de calcium (désinfection et blanchiment).
  • Les cosmétiques et les produits solaires peuvent contenir des filtres solaires anti-UV minéraux, tels que le dioxyde de titane TiO2, et l’oxyde de zinc ZnO.
  • Les crèmes solaires sont blanches ou transparentes lorsque les particules de dioxyde de titane TiO2 sont respectivement de taille supérieure à 195 nanomètres ou inférieure à 35 nanomètres.
  • Les peintures, vernis, lasures, laques peuvent contenir des nanoparticules de dioxyde de titane TiO2, de silice SiO2, de céramique pour résister aux UV, à l’abrasion et aux rayures.
  • Pour l’aspect brillant de certains bonbons et confiseries, pour la blancheur des biscuits et des gâteaux, mais aussi du papier d’emballage alimentaire, on peut recourir au dioxyde de titane (E 171).
  • La silice : on en trouve dans les produits en poudre (sucre, sel, épices, café, etc.). On utilise par exemple des nanoparticules d’oxyde de silice (E 550) dans certaines farines pour éviter la formation de grumeaux !

L’amiante et la poussière de charbon : c’était le début de la fin !

Il y a un siècle, nous avons déjà fait connaissance avec les nanoparticules lors de la survenue des particules fines telle que l’amiante, faisant office d’isolant dans les bâtiments, ainsi que les produits de combustible incomplètement brûlé des moteurs Diesel.

De même, la silice contenue dans les particules de pous­sière de charbon a causé la mort de milliers de mineurs par la silicose : les particules fines de charbon altéraient les poumons des mineurs (pneumoconiose et cancer de la plèvre), pendant que les fibres d’amiante commençaient à s’effriter en fines particules dans l’air ambiant des bâtiments publics comme les écoles, les administrations etc.

Durant un demi-siècle, on a exploité à outrance ces deux produits toxiques, et on faisait semblant d’ignorer leurs effets catastrophiques sur la santé.

Et il semble qu’on recommence à faire cette erreur avec les nanoparticules.

La question à laquelle personne n’ose répondre

La question est la suivante : quel est l’impact des nanoparticules ? Quel est l’effet biochimique et toxique de ces particules dans notre organisme ?

Eh bien… Pour être tout à fait honnête, nous sommes dans l’incapacité totale de répondre à cette simple question !

Ce qui est inquiétant, c’est que notre organisme sait gérer des éléments agressifs « normaux », mais n’a pas du tout été conçu pour filtrer des nanoparticules.

Existe-t-il des résultats de laboratoire ?

Officiellement… non. Les nanoparticules n’auraient encore tué personne, mais, là aussi, faudra-t-il attendre des centaines, des milliers de morts ou de malades chroniques pour réagir ? Les nanotechnologies soulèvent des questions auxquelles nous ne savons pas répondre.

Quand une particule a la taille d’un ADN, elle risque donc, un jour ou l’autre, de se trouver au contact de cet ADN, et que se passera-t-il à ce moment-là ? Nous sommes en droit de craindre le pire.

Leur impact réel n’est pas encore bien connu, car tout ceci est encore très récent. L’usage massif des nanomatériaux ne date que des années 1990.

L’évaluation des risques liés aux nanotechnologies a du retard. Et si les experts sont unanimes sur la nécessité d’augmenter les recherches, l’ampleur de la tâche est titanesque.

Les quelques rares expertises scientifiques délivrées aujourd’hui sur les nanomatériaux sont, comme sur bien d’autres sujets d’ailleurs, bien trop souvent réalisées par des experts qui se font épingler pour leurs liens incestueux avec les industries sur lesquelles ils sont censés donner un avis impartial.

« Est-ce vraiment bon pour notre santé ? J’ai comme un doute ! », affirme Marc Jaspard, biochimiste. Si l’on mélange plusieurs substances toxiques, ou, plus simple, deux molécules séparément « inoffensives », que se passe-t-il sur le plan toxicologique ? La réponse est simple et carrée, « nous n’en savons rien », car les tests toxicologiques sont réalisés uniquement sur des molécules simples, jamais en mélange.

Ce sont aujourd’hui des dizaines de milliers de molécules diverses et variées qui ont été créées par l’industrie chimique depuis ses débuts : auxquelles nous devons ajouter ces nanomatériaux, dont on ne sait, encore une fois, pas grand-chose.

Ce qui est sûr, c’est que les xénobiotiques, les métaux lourds, les nanoparticules, les PCB et autres molécules toxiques, créent un cocktail explosif auquel il devient de plus en plus difficile d’échapper.

Le meilleur moyen de les éviter, c’est d’éviter au maximum les produits transformés et d’avoir recours à une alimentation bio, d’éviter au maximum les produits issus de l’industrie cosmétique, et tous les exemples que j’ai cités au début de cette lettre.

Vaste programme ! Mais rassurez-vous, je vous donnerai, au fil de mes lettres, de nombreux conseils pratiques pour vivre mieux et plus longtemps.

Portez-vous bien !

Dr Jean-Pierre Willem

PS : si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, je vous invite à lire mon livre « Pollutions et santé » paru aux Éditions Dangles.

 

Related Post





34 réponses à “Ces minuscules poisons sont un énorme problème !”

  1. clem dit :

    Merci pour cette lettre Dr WILLEM, Continuez de nous informer et peut-être arriverons-nous tous ensemble à faire bouger les choses si on est pas empoisonnés avant ?
    Les gélules de FLÉCAÏNE 100 LP du laboratoire BIOGARAN contiennent du dioxyde de titane dans les 2 couleurs des gélules (blanc et gris). Pas de réponse au courrier que je leur ai envoyé il y a 1 mois.
    Je suis obligée de prendre ce médicament tous les jours et j’en suis malade à l’idée d’avaler ce poison. Quand j’en ai parlé au cardiologue, il a d’abord été étonné puis m’a répondu : les autres c’est pire !

  2. NORTIER dit :

    Bonjour, j’ai lu votre lettre et je suis attérée par son contenu. J’ai un cancer du sein hormonodépendant et suis sous Arimidex qui contient du E171 ! J’ai ce traitement pour cinq ans voire dix ans au dernière nouvelle ! Tous les jours je prends ce petit cachet à l’air inoffensif qui m’occasionne pourtant un lot d’effets secondaires importants. Que faire pour que Astra Zeneca, le laboratoire pharmaceutique qui le produit l’enlève de sa composition ? Les autres laboratoires qui produise le princeps ou le générique en font autant d’ailleurs ! Nous marchons sur la tête et nous , je sers de cobaye !

  3. Michael BENDERDOUCH dit :

    Bonjour Docteur,
    Hier, je parlais avec une jeune fille de 20 ans qui est confronté à un début de sclérose en plaque.
    Quels conseils lui donneriez vous pour se soigner de cette maladie par des moyens  » naturels »
    Cordialement.
    M. Benderdouch

    • Paol Ar Gov dit :

      « L’éloge du cru « …Dominique Guyaux
      Sclérose en plaque à 30 ans.
      Parti en mer pour retarder son destin ??
      ou pour moins mal le supporter ??
      Rencontre : passage au cru et symptomes disparus .
      Précisions eventuelles par échanges :
      Mon mail ci-dessous :

  4. Michael BENDERDOUCH dit :

    sclérose en plaques, demande d’info pour choisir des soins pour guérir de cette maladie.

  5. nespoulous dit :

    qu’en est-il de l’argile verte?

  6. GIESECKE dit :

    Je souffre d’anémies récidivantes depuis 10 ans. Une consultation chez une dermatologue a confirmé mes craintes : je souffrirais d’empoisonnement par les produits chimiques que j’ai employé dans mon travail de sculpture et notamment les solvants et colles employées pour mes créations en verre ( métacrylate de méthyle, acétone..) Les médecins, hématologue et gastro entérologue de l’hôpital Percy me disent n’avoir jamais entendu parler d’un quelconque lien entre l’anémie et la chimie. Qui dois je croire ? Y a t il moyen d’y voir un peu plus clair ? Merci par avance. T. Giesecke

  7. tagroudja dit :

    Bonsoir votre lettre est intéressante,
    sincèrement depuis que ma femme traîne une tumeur
    colorectale,
    j’évite de manger n’importe quoi,je suis devenu vegetarien
    svp dites moi est ce que la consommation de café et
    lait, accélère le phénomène de vieillesse,car j’a 66 ANS
    merci de votre compréhension meilleurs salutations

  8. Bouillez dit :

    Bonjour
    Que pensez-vous des purificateurs d’air ?
    Habitant Genève j’ai trouvé la marque BONECO P500 avec différents filtres : allergie -poussières-baby-etc…
    Merci pour vos conseils judicieux.
    Meilleurs messages.
    Nicole Bouillez

  9. Francis dit :

    Je vous ai déjà adressé quelques mots à ce sujet, restés sans réponse. Pourquoi ne citez-vous pas que l’on trouve des nanoparticules en quantité dans presque tous les médicaments. Et je vous repose la question: où trouve-t-on des produits pharmaceutiques sans ces poisons?

  10. Je Pierre dit :

    Merci Pour vos lettres

  11. Barjon alexandre dit :

    J’ai perdu la sensibilité des pieds en utilisant pourtant parcimontieusement la colle pour appareil dentaire et qui contenait du zinc.j’ai élu l’information sur un journal economique 10 ans plus tard je n’aie rien recupéré

  12. Sonia GEAY dit :

    Les nanoparticules.
    Si Docteur, vous ne pouvez qu’affoler certains
    lecteurs de votre lettre sur ce sujet. C’est inévitable.
    Vous, les savants qui savez, que faites-vous et depuis
    quand auprès des organismes institutionnels en
    charge de la prévention et des soins de la santé publique pour les contraindre à agir à tous les niveaux de ces
    distributeurs de poisons.
    C’est ce nous aurions voulu lire dans votre lettre.

    • pauline dit :

      Tout à fait d’accord avec vous, DENONCER ET INFORMER c’est bien mais AGIR C EST MIEUX ! Alors Dr Willem, à quand la création d’un comité de médecins pouvant faire avancer les choses !

  13. ANNE VAN HOREBEECK dit :

    Nous ne savons pas si c’est dangereux, ni où ni comment, mais en attendant, faisons-nous PEUR !!!!!!

  14. Heron dit :

    bonjour
    En achetant une crème solaire contenant du dioxyde de titane on m’a assurée que celui ci n’était pas sous forme de nanoparticule mais de molécule normale donc ne pénétrant pas profondément dans les cellules , nous sommes très démunis quand nous devons choisir une crème solaire car même en pharmacie les produits Avène ont une longue liste de composants , alors comment faire pour ne pas s’empoisonner ? si vous connaissez des produits indemnes je prends .

  15. S. Dautremer dit :

    Pauvre de moi ! Non seulement je fais une sévère dépression mais en plus je viens de lire que mon anti-dépresseur renferme du E 171 dans l’enveloppe de la gélule ! Double peine : la dépression et l’épée de Damoclès avec ce médicament que je ne peux évidemment pas arrêter rapidement. Attention quand il y a gélule, il y a souvent E 171 et donc nano-particules ! Que faire ?

  16. DAUCHY Christian dit :

    Depuis quelques années, je suis les travaux de NANOBIOTIX qui est en train de révolutionner le traitement des cancers grâce à l’injection de nanoparticules d’Hafnium qui multiplient la puissance des rayons de la radiothérapie par 9 sans toucher ni même atteindre les tissus sains. Cela n’a pas que du mauvais ! Cordialement

  17. Jocelyne LEGER dit :

    Bonjour,
    J’ai beaucoup apprécié votre article qui attire l’attention sur le problème des nano particules dont les effets sur l’organisme ne sont pas vraiment connus.
    J’ai entendu parler de la maladie (ou du syndrome, je ne sais pas trop) des MORGELLONS. Absolument épouvantable et qui serait causée par les nano particules contenues dans les produits dispersés au-dessus des champs par hélicoptère. En avez-vous entendu parler ?
    ça parait tellement terrible que je me suis demandé si ce n’était pas une pure invention destinée à effrayer les gens.
    Merci de votre réponse.

  18. Roland Roure dit :

    Cher Monsieur, vous avez certainement raison,mais que fait-on de toutes ces grosses particules que nous pouvons voir elles, circuler sur les routes dans les airs,sur comme au fond des mers conçues pour nous qui font en leur civilité des centaines de milliers de morts sots et capables en leurs versions militaires cultivées avec grands soins et profits d’enfer centaines de millions voir milliards .Aveugles à ce qui nous crève les yeux comment seulement reconnaitre .ce qui invisible prolifère et crée profits.Autant mettre en garde l’amant religieux mis en transe par la religieuse, si je puis dire

  19. Roland Roure dit :

    après
    j’ai fait sauté malencontreusement le mot a mettre entre italique :éclaté

  20. pauline dit :

    j’aimerais savoir si le colorant dioxyde de titane marqué sur les boites de médicaments, est sous forme de nanoparticules ou non et s’il est aussi délétère pour la santé que le dioxyde de titane TiO2 car je prends depuis des années pour des intolérances alimentaires et une perméabilité intestinale le complément alimentaire prescrit par mon médecin traitant TOLERANCE des labos YSONUT à base de glutamine. J’ai vu aux infos de 13 h sur tf1 un reportage qui déclarait que le dioxyde de titane était selon des dernières études sur des rats cancérigène et rendait l’intestin perméable , j’ai écrit au labo pour me reprendre mes boites ( 22 euros chaque boite) car je n’ai plus confiance du tout, mais aucune réponse de leur part, c’est une honte !
    Le dioxyde de titane E171 rentre dans la formules de multiples médicaments, pourquoi ne pas l’interdire tout simplement… Je me fais maintenant mes gélules de glutamine-chlorelle-HE romarin Verbénone, au moins finis tous ces excipients douteux, mais quelle galère pour les consommateurs que nous sommes, il faut être toujours vigilants et loupe à la main car bien sûr les ingrédients sont écrits en minuscules !.

  21. Dr Dernelle dit :

    Cher Confrère, j’ai lu dans les années 80 un livre intitulé « la cuisine du diable » de Gunter Schwabb qui parlait de la catastrophe sanitaire causée par l’industrie agro-alimentaire ; il était déjà trop tard ! Et les moyens de lutte déjà insuffisants ..; ! Nous mourrons empoisonnés par notre manque de clairvoyance…et le délire lucratif d’une minorité à qui on laisse les mains libres.. .Qui, eux, mourront milliardaires !

  22. Martine Duminil Laverdure dit :

    Quelles crèmes solaires peut on utiliser (sans nanoparticules)
    Merci

  23. Alain WICKER dit :

    ce que vous appelez nanoparticules, ne sont-ce pas simplement des molécules ??? et je crois bien que notre monde est entièrement constitué de molécules… dont certaine pénètrent dans nos cellules et sont en contact avec notre ADN depuis quelques millions d’années… c’est quoi le problème ???

  24. Sara magnon dit :

    Quel dommage de recevoir votre lettre le 16 Mai, alors que votre conférence était le 14 Mai …,j’aurai été très intéressée d’y assister.

  25. DUPUY dit :

    Dommage que l’on nos propose le 16 mai une conférence qui a lieu le 24 mai …

  26. Garaudet Jeannine dit :

    Bonjour Docteur, merci pour tous ces renseignements très utiles……mais très perturbants !!!
    Le pharmacien m’a conseillé de donner Piascledine à mon fils qui subi un déchaussement des dents. Je vois que l’enveloppe de ces gélules contient du dioxyde de titane ( entre autre : polysorbate 80, érytgrosine et oxyde de fer jaune ) nous ignorons d’où proviennent ces produits, Bon sang, n’y a-t-il rien de naturel pour fabriquer des gélules que ces produits nocifs, N’y a t-il rien d’autre à chercher que ces poisons ??? Pas étonnant qu’avec tous ces poisons accumulés dans notre corps les cancers ont la belle « vie » !!!

  27. arlette schoenbeck dit :

    génial vos lettres j adore c est très explicite , merci

  28. arlette schoenbeck dit :

    très explicite vos lettres j adore , merci beaucoup

  29. Christian Lavenir dit :

    Bonjour,

    Pauline a parlé du E171 : le dioxyde de Titane.
    Celui ci ne fait pas partie de la liste des additifs toxiques.
    La liste que j’ai serait elle incomplète ?
    Merci

  30. fortin jean-françois dit :

    si tous les consommateurs boîcotaient les produits contenant des nano-particules ,les industriels changeraient très vite leur produit.
    voir le site suivant
    http://www.agirpourlenvironnement.org/campagne/stop-aux-nanos/plus/988

  31. Belguechi dit :

    Pouvez vous nous parler de la verveine plante aux multiples vertus

  32. THIERRY dit :

    Bonjour, Merci pour toutes vos informations. Dans cette lettre vous mentionnez la silice (E 550) ce qui m’interpelle car pour l’arthrose et ostéoporose il est préconisé de prendre des plantes riches en silice, ou silicéa en homéopathie, etc… et j’avoue sue quelque chose m’échappe. Pourriez-vous m’éclairer sur ce point. Je vous remercie d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *