Perturbateurs endocriniens : nous sommes cernés !

Avez-vous aussi l’impression que ces derniers temps, on parle de plus en plus des « perturbateurs endocriniens » ?

Et pourtant… rien ne semble changer.

Dernier exemple en date, le 4 octobre 2017, le Parlement européen a rejeté la définition de la commission européenne des « perturbateurs endocriniens ».

Pour mémoire, plusieurs ONG et États de l’Union Européenne (dont la France) jugeaient cette définition trop rigide. Selon eux, les preuves à fournir pour classer un produit comme perturbateur endocrinien sont beaucoup trop importantes. De plus cette définition ne s’applique qu’aux pesticides et pas aux autres produits de consommation tels que les textiles, les cosmétiques, les parfums, etc…

C’est pourquoi j’ai tenu à faire le point sur cette question, qui nous concerne TOUS.

C’est quoi au juste ?

D’après la définition de l’OMS, « les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques d’origine naturelle ou artificielle étrangères à l’organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement des systèmes endocriniens et induire ainsi des effets délétères sur cet organisme ou sur ses descendants ».

Les perturbateurs endocriniens sont donc des substances toxiques en particulier pour les jeunes, les couples en âge de procréer et les seniors.

Ces substances sont partout

Une récente étude menée par « 60 millions de consommateurs » a montré que « les cheveux de 43 filles et garçons âgés de 10 à 15 ans testés contiennent tous des traces de 119 substances nocives sur 254 recherchées par le laboratoire »[1]. En moyenne, il faut noter que l’organisme des adolescents contient 34 contaminants parmi lesquels des plastifiants, des pesticides et des métaux lourds.

Bernard Jégou le directeur de l’INSERM insiste sur le fait que la dangerosité des perturbateurs endocriniens n’est plus à prouver. Parmi les effets sur la santé nous pouvons noter une perte des points de QI, des troubles de la concentration, de l’infertilité, l’apparition de maladies métaboliques comme le diabète ou des cancers.

De plus, les perturbateurs endocriniens peuvent être nocifs in utero c’est-à-dire quand l’enfant à naître est encore dans le ventre de la mère.

Pire encore, les pathologies développées suite au contact avec les perturbateurs peuvent se transmettre sur plusieurs générations !

Quels sont les perturbateurs endocriniens ?

Concrètement, nous n’avons pas encore identifié tous les perturbateurs car, pour être reconnu en tant que tel, un produit doit subir de nombreux tests.

Cependant nous distinguons aujourd’hui deux grandes catégories :

  • Les molécules d’origine naturelle que l’on trouve par exemple dans le soja (isoflavones) ou dans la bière (isodavonoïdes du houblon) ;
  • Les molécules de synthèses qui sont nombreuses.

Nous pouvons classer ces dernières en 6 familles principales  : les bisphénols, les phtalates, les pesticides, les PCB, les HAP, les métaux lourds et des retardateurs de flamme bromés (PBDE).

Dans les faits, les hormones « naturelles » présentent moins de risque que les hormones de synthèse, car leur « puissance » oestrogénique est 10 000 fois plus faible que celle des œstrogènes produits par les ovaires.

Mais les hormones naturelles peuvent engendrer diverses pathologies comme la gynécomastie qui est un surdéveloppement des glandes mammaires chez les hommes notamment chez les grands consommateurs de bière.

1ère famille : les bisphénols

Le plus connu est le bisphénol A aussi appelé BPA. Cette substance est utilisée depuis plus de 50 ans dans plus de 60 secteurs d’activité et plus particulièrement dans la fabrication du plastique polycarbonate. De ce fait, le BPA est très présent dans notre vie quotidienne à travers les boîtes de conserve en plastique, les bouteilles et même les tickets de caisse. Malheureusement, le BPA peut migrer de l’emballage aux aliments et ce phénomène est amplifié pour les produits chauffés avec leurs emballages.

Les Bisphénols : des effets néfastes, même à petites doses

Le BPA modifie l’action des œstrogènes qui sont des hormones indispensables au développement sexuel et surtout à la reproduction.

Ses effets sont les suivants :

  • Chez l’animal : on note des troubles de la reproduction (puberté précoce, baisse du nombre de spermatozoïdes, etc…) mais aussi des problèmes de développement du cerveau et des modifications des seins prédisposant au cancer;
  • Chez l’homme: il y a des corrélations entre le BPA et le diabète, les maladies cardiovasculaires ou encore l’obésité.

Le plus inquiétant est que les bisphénols peuvent se transmettre et être néfastes sur plusieurs générations. Par exemple, L’INSERM (Institut Nationale de la Santé Et de la Recherche Médicale) a montré une baisse de la production des testostérones par des testicules humains exposés à du BPA. De même, 23% des femmes exposées au BPA présentent un risque pour la glande mammaire des enfants à naître. Autrement dit, ces enfants pourraient avoir un risque accru de développer un cancer du sein au cours de leurs vies.

En France le BPA est interdit dans les biberons et contenants alimentaires, mais sont remplacés par ses cousins les bisphénols S et F (BPS et BPF). Or, L’INSERM a montré que le BPS et le BPF avaient les mêmes résultats que le BPA sur la production de testostérones.

2ème famille : les phtalates

Les phtalates sont des substances chimiques rajoutées au polychlorure de vinyle (PVC) lors de la fabrication d’objets en plastique pour les rendre plus souples et faciliter ainsi leur mise en forme. On les retrouve donc dans beaucoup de produits tels que les ballons, les nappes, les rideaux de douche, les emballages, les cosmétiques, les jouets ou encore le matériel médical de perfusion.

De plus, à l’image des Bisphénols, les phtalates peuvent migrer des emballages aux aliments.

Des études ont été menées afin d’étudier les effets sur les testicules suite à des expositions in vitro aux phtalates. Les résultats indiquent que la production de testostérone est réduite de 30% chez les individus ayant été fréquemment exposé au phtalates de type DEHP (les plus utilisés), DBP, BBP, DINP, DNOP et DIBP.

Les sols, les milieux aquatiques et les consommateurs peuvent également être contaminés par les phtalates. Par exemple, en juillet 2013, le Commissariat Général au Développement Durable [2] a révélé que 93 % des cours d’eau français sont contaminés par les pesticides ! De plus, plusieurs enquêtes récentes ont montré que la grande majorité des produits à base de blé (pain, biscuits, pâtes…), les fruits et les vins contiennent des phtalates.

3ème famille : les pesticides

Les pesticides, aussi appelés « produits phytosanitaires », sont des produits chimiques utilisés en agriculture pour lutter contre des organismes qui peuvent être nuisibles aux cultures.

Les pesticides sont classés selon la nature des cibles sur lesquelles ils agissent : les herbicides neutralisent les mauvaises herbes, les fongicides détruisent les champignons, les insecticides tuent les insectes, etc…

Les agriculteurs sont les premiers exposés aux pesticides et beaucoup accusent ces substances de diminuer leurs capacités cognitives. De plus, il semble exister des liens entre les pesticides et le développement de certains cancers comme ceux de la prostate, du système lymphatique, du sang et du cerveau. Certains suspectent même les pesticides de jouer un rôle dans l’apparition de la maladie de Parkinson ou de la maladie d’Alzheimer.

Enfin, il faut savoir que la France est le premier utilisateur de pesticides en Europe et le troisième dans le monde.

Le cas du Chlordécone

Le chlordécone fut longtemps utilisé en Martinique et en Guadeloupe pour lutter contre le charançon du bananier. Ce pesticide a pollué les sols et les eaux mais aussi les légumes, les plantes et les poissons.

Le chlordécone est interdit aux États-Unis depuis 1976, mais n’a été banni en France qu’en 1990… avec une dérogation pour les Antilles où il a été autorisé jusqu’en 1993 principalement pour des intérêts économiques…Or, le chlordécone est très stable dans l’environnement ce qui fait que, malgré son interdiction, beaucoup d’habitants des Antilles Françaises y sont donc toujours exposés.

Depuis 1979, le chlordécone est classé 2B, c’est-à-dire cancérigène possible chez l’homme par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer). Depuis son interdiction, les producteurs de bananes l’ont remplacé par du glyphosate…

Le cas du Glyphosate

Le glyphosate est le principe actif du Roundup, l’herbicide le plus utilisé dans le monde.

Le glyphosate est classé comme « toxique pour les organismes aquatiques entraînant des effets néfastes à long terme ». De nombreuses études américaines ont montré un lien entre le glyphosate et le lymphome non hodgkinien, le myélome multiple ou encore les avortements spontanés tardifs.

En France, c’est le professeur Gilles-Éric Séralini, chercheur à l’Institut de biologie fondamentale et appliquée (IBN) de l’université de Caen, qui a été le premier à étudier le danger du glyphosate.

En 2005, sa première étude sur le sujet avait montré « un effet toxique sur des cellules du placenta humain à des concentrations de Roundup jusqu’à dix fois inférieures à celles utilisées en agriculture ». Une autre étude de 2009 a montré que la toxicité du glyphosate était démultipliée dans le Roundup, en raison de l’adjuvant utilisé. Les résultats indiquent que des rats nourris avec du maïs OGM et du Roundup développaient des pathologies lourdes : anomalies sévères, tumeurs mammaires, mais aussi de morts prématurées.

4ème famille : le PCB

Les pyralènes ou PCB sont des substances obtenues industriellement et qui n’existent donc pas à l’état naturel.

Les PCB sont présents dans les produits d’origines animales tels que les poissons, la viande, les œufs et les produits laitiers.

Or ces substances sont cancérigènes car elles provoquent des retards du développement cérébral, et sont mis en cause dans des retards de grossesse ou des malformations. Les PCB perturbent également la thyroïde, favorisent l’hyperinsulinisme (précurseur de diabète) et diminuent l’immunité.

Même si les PCB sont aujourd’hui interdits on retrouve de nombreuses traces de ces derniers car ils ont longtemps été utilisés comme isolant, lubrifiants et pour leur ininflammabilité dans des équipements électriques, dans des adhésifs, etc.

5ème famille :  les métaux lourds

Le nickel

Le nickel est très présent dans l’industrie, dans les bijoux, dans les portables mais aussi dans des aliments comme le soja, les céréales et le cacao. Le nickel peut être un allergène pour la peau et est cancérigène pour les poumons et la cavité nasale.

Le cadmium

Le cadmium est émis par les volcans et les activités industrielles. Ce métal peut être présent dans l’eau et des aliments comme le riz et les végétaux à feuillage vert. Il est très présent dans la céramique, l’émail, les panneaux photovoltaïques, les piles, les pigments et la fumée de tabac. Le cadmium est cancérigène pour la prostate, les poumons et les reins.

L’arsenic

L’arsenic est un élément naturel qui se comporte comme un métal. Cette substance est présente dans l’eau, les sols ou l’air. Il peut provenir des volcans ou d’activités humaines (certains pesticides, exploitation minière, etc.) et de la fumée du tabac. L’arsenic est cancérigène pour les poumons, la peau, la vessie ou les reins. Si vous voulez plus d’informations à ce sujet, je vous conseille de lire mon livre Les dégâts des métaux lourds aux Editions Tredaniel.

6ème famille : les retardateurs de flamme

Les retardateurs de flamme sont les molécules qui ont pour but de diminuer le risque d’incendie en améliorant la résistance au feu d’objet du quotidien.

Ces molécules ne sont pas biodégradables et sont très présentes dans les objets domestiques tels que les vêtements, les peluches, les meubles, les matelas et les objets électroniques (téléviseurs, ordinateurs).

Elles sont aussi présentes dans des lieux qui accueillent du public tels que les théâtres ou les cinémas.

Les polybromodiphényléthers (PBDE) sont les molécules les plus utilisées comme retardateurs de flamme. Or ces substances peuvent migrer dans l’air et même être inhalées ou ingérées.

Elles sont soupçonnées d’être à l’origine de troubles du développement du système nerveux : hyperactivité, déficit d’attention, trouble du comportement… Les recherches indiquent même qu’une exposition in utero du fœtus peut entraîner des problèmes de neuro-développement des enfants à naître.

Vous voyez que nous sommes cernés. Il n’est pas question pour autant d’arrêter de vivre ou de partir vivre dans une grotte !

Mais une personne informée en vaut deux : et en sachant tout cela, on peut aussi prendre de meilleures décisions au quotidien, en essayant de réduire autant que possible notre exposition, celle de nos proches, de nos enfants… et en même temps, arrêter de larguer dans la nature des bombes chimiques qui ravageront la santé des générations à venir.

Portez-vous bien !

Dr Jean-Pierre Willem

Articles similaires


Sources



30 réponses à « Perturbateurs endocriniens : nous sommes cernés ! »

  1. Schmutz says:

    Merci pour cet article très intéressant qui a l’avantage d être clair, précis et concis. Auriez-vous des informations sur les causes et traitements possibles de l’endométriose, qui affecte beaucoup de femmes qui souffrent durant des années et une fois le diagnostic posé, se retrouvent sans traitement vraiment efficace. Merci pour votre attention.

  2. MERANDET says:

    Merci Dr Willem pour vos lettres très passionnantes.
    Je consomme beaucoup de graines de lin, est ce une bonne chose ?
    Merci beaucoup pour votre réponse

  3. GOSSEC says:

    Toujours très pertinent ; ni pessimiste, ni malhonnête comme le sont certains amateurs qui nous dispensent des conseils mais plutôt des « dépenses »….Je retiens bcp de ces conseils, dont un certain nombre recoupent mes lectures. Je constitue d’ailleurs depuis des années des fiches par thème ….et ça sert ….famille, amis, et moi – même ; 68 ans avec mon épouse, aucun médicament, pas de maladie, que des médecines douces…..

  4. Françoise says:

    Bonjour, merci infiniment pour vos précieuses lettres.
    Avons-nous la possibilité de débarrasser notre corps de ces perturbateurs endocriniens et si oui comment ?

  5. Luppi says:

    Bonjour,
    Vos publication sont toujours très instructives, je vous suis avec passion dans ce monde fou que nous vivons.
    Pour ma part je me préserve de tous ces perturbateurs endocriniens par un produit naturel sans effets indésirables qu’est le Glutathion liposome, j’aimerai connaître votre avis.
    Sincèrement vôtre.
    Daniel Luppi

  6. Marie-Jeanne says:

    Merci pour tout le travaille que vous faites.

  7. Anne Laure says:

    Je savais plus où moins ce que vous écrivez mais c’est déprimant de le lire car on éprouve un sentiment d’impuissance face à tous ces produits chimiques…qui envahissent notre vie.
    C’est bien joli de nous le dire mais que pouvons nous y faire? Même en adoptant une ligne de conduite écolo on n’échappera pas à tout. Ce qui est effrayant c’est qu’en 50 ans on a ruiné notre environnement. …

  8. lemoine says:

    Bonsoir et merci pour votre travail toujours tres interessant mais une iinterrogation :le clhordecone a ete remplacé vous dites par le glyphosate qui est un herbicide,,est ce une utilisation détouné vis a vis du charancon-,.je n’ai pas la réponse. cordialement J-L LEMOINE

  9. bourdieu joseph says:

    bonjour,
    Vous dites que le clordécone (insecticide) a été remplacé par du glyphosate qui est un désherbant!!!!
    Personnellement si je traite mes piérides du choux avec du glyphosate je les détruirais parce que mes choux crèveront et que mes insectes n’auront plus rien à manger!
    Votre affirmation est une grosse erreur. J’ espère que les autres commentaires sont un peu plus sérieux.
    lakoi

  10. GRECK MONIQUE says:

    Bonjour,
    J’adore manger l’intérieur des pépins de pommes, je dis toujours que j’ai dû êre un oiseau dans une autre vie!
    Or, j’ai appris qu’il y avait de l’arsenic dedans???
    J’ai 75 ans, suis en pleine forme sans prendre de médicaments!!
    Faut-il me priver de ce petit plaisir pour préserver ma santé??

  11. GERMAIN Marie-Noelle says:

    Bonsoir Docteur : vous parlez du NICKEL dans les bijoux, mais je pense que pour ce cas là, vous faîtes erreur. En effet, j’ai travaillé 32 ans dans une firme produisant de la petite maroquinerie et notamment des bracelets pour montres ; Or depuis janvier 2001 si je me souviens bien de cette date, nous avions l’interdiction formelle d’utiliser des boucles ou autres accessoires décoratifs, en NICKEL . Bien sûr, l’information nous était arrivée en amont et j’ai dû faire modifier les approvisionnements de ces articles de façon à ce qu’ils soient réalisés en ACIER 316L; .D’ailleurs, étaient également interdits de Nickel , les boutons de jean et les agrafes de soutien-gorge. Je pense qu’en faisant quelques recherches, vous pourriez confirmer ce que je vous écris là; Sincères salutations

  12. Lauret says:

    Dr WILHEM. Tout d’abord, merci pour ce que vous faites. Je suis une lectrice assidue et je me précipite toujours sur vos lettres, oh combien édifiantes. Merci encore.
    Je me permets de vous poser une question : je prends de la chlorelle depuis 3 semaines (pour éliminer les métaux lourds) et je constate et c’est même inquiétant, que j’ai beaucoup de gaz dans les intestins. Est ce normal ? Merci de me répondre.

  13. Alain Pouyade says:

    Les perturbateurs endocriniens sont vaporisés de façon ininterrompu et cela depuis de nombreuses années dans la plus grande ignorance de nos compatriotes. Tous les produits cités par vous cher docteur sont vraiment le minimum de toutes les saletés pulvérisées par les avions de l’OTAN ainsi que par des additifs inclus dans les nouveaux carburants des avions de ligne.
    Voir les conférences de notre regretté claire Séverac sur les CHEMRAILS et ses nombreux effets criminels sur les peuples. Un quart de la population mondiale périras des produits dispersé dans l’air, l’eau et sur notre terre, selon les responsables de ce génocide.
    Remise en cause de la culture BIO …….

  14. Evelyne says:

    Vous ne citez dans les métaux lourds ni le plomb, ni l’aluminium ou le mercure. Ne sont-ils pas aussi dangereux, surtout l’aluminium qu’on injecte aux bébés avec les vaccins? Et que me dites vous du dioxyde de titane, inévitable dans presque tous les médicaments, aliments préparés, boissons instantanées…?

  15. alessandro pendesini says:

    Bonjour
    Merci au Dr. Willems pour son intégrité et honnêteté professionnelle ! Article pertinent, bien détaillé malgré quelques détails mineurs qui devraient être rationnellement explicités.
    Il n’y a plus de doute que la pollution, le type et qualité de certains produits de consommation ainsi que des herbicides/pesticides chimiques autorisés dans le monde (par ex.Monsanto (mais pas seulement) et son exécrable, plus qu’inhumaine, politique de vente de ses produits qui causent différentes maladies dont le cancer de l’encéphale !), pour ne citer que ceux-là, sont à l’origine de diverses pathologies, ainsi que de malformations chez les embryons !….C’est surtout ici que le bât blesse…Et que font les politiciens de la santé et l’Union Européenne face à cette très sérieuse problématique ? Ils bêêêêêêêlent…..

    L’information des professionnels de santé est aujourd’hui trop souvent encore, et presque exclusivement, laissée aux mains de l’industrie pharmaceutique
    Les industries pharmaceutiques prétendent oeuvrer pour la santé dans le monde mais sont, en réalité, surtout préoccupées par la santé financière de leurs actionnaires. Il est important pour un malade de chercher à comprendre sa pathologie et le fonctionnement de ses médicaments, s’il souhaite ne pas se soigner « idiot ».!
    A.P.

  16. Kantin says:

    Et les huiles essentielles vont dans le bon sens puisque ce sont des régulateurs endocriniens…

    Et les substances naturelles ?

    Certains aliments ou plantes (et huiles essentielles) contiennent des substances qui ont une action endocrinienne, mais on parle davantage d’aliments « hormone – like », c.à.d. qui ressemblent à des hormones parce qu’ils contiennent des phytohormones, des hormones végétales. Elles ont des propriétés hormonales douces.

    On trouve ainsi des « œstrogène like » dans le soja (à cause des isoflavones qu’il contient), la sauge, le fenouil, le houblon, des « progestérone like » dans le yam, l’alchemille ou la bourrache, des « testostérone-like » dans le gingembre ou l’ylang-ylang (surtout en huiles essentielles).

    Ces plantes ne sont pas des perturbateurs endocriniens mais des modulateurs hormonaux : Elles régulent le taux de diverses hormones (stéroïdes notamment) et sont utilisées dans la pharmacopée traditionnelle (i.e. la médecine traditionnelle chinoise)… et par les « herboristes ».

    C’est le cas notamment des plantes adaptogènes (comme le ginseng, l’éleuthérocoque, la rhodiola ou certains champignons) qui agissent sur le taux de certaines hormones (thyroïdiennes par exemple) permettant de réguler leur niveau (en plus ou en moins) à certaines époques de la vie. Comme la sauge agissant sur les bouffées de chaleur des femmes ménopausées, l’épilobe pour lutter contre l’adénome de la prostate, ou le yam dont on extrait la DHEA.

    Bien qu’agissant au niveau hormonal, elles ne vont pas à l’encontre des processus hormonaux mais les accompagnent dans le bon sens. Les spécialistes formés aux plantes et aux huiles essentielles sont de bon conseil dans ces cas là.

  17. Kantin Roger says:

    Et les huiles essentielles sont des régulateurs endocriniens
    http://www.antiageintegral.com/detox/perturbateurs-endocriniens-et-anti-age

    Et les substances naturelles ?

    Certains aliments ou plantes (et huiles essentielles) contiennent des substances qui ont une action endocrinienne, mais on parle davantage d’aliments « hormone – like », c.à.d. qui ressemblent à des hormones parce qu’ils contiennent des phytohormones, des hormones végétales. Elles ont des propriétés hormonales douces.

    On trouve ainsi des « œstrogène like » dans le soja (à cause des isoflavones qu’il contient), la sauge, le fenouil, le houblon, des « progestérone like » dans le yam, l’alchemille ou la bourrache, des « testostérone-like » dans le gingembre ou l’ylang-ylang (surtout en huiles essentielles).

    Ces plantes ne sont pas des perturbateurs endocriniens mais des modulateurs hormonaux : Elles régulent le taux de diverses hormones (stéroïdes notamment) et sont utilisées dans la pharmacopée traditionnelle (i.e. la médecine traditionnelle chinoise)… et par les « herboristes ».

    C’est le cas notamment des plantes adaptogènes (comme le ginseng, l’éleuthérocoque, la rhodiola ou certains champignons) qui agissent sur le taux de certaines hormones (thyroïdiennes par exemple) permettant de réguler leur niveau (en plus ou en moins) à certaines époques de la vie. Comme la sauge agissant sur les bouffées de chaleur des femmes ménopausées, l’épilobe pour lutter contre l’adénome de la prostate, ou le yam dont on extrait la DHEA.

    Bien qu’agissant au niveau hormonal, elles ne vont pas à l’encontre des processus hormonaux mais les accompagnent dans le bon sens. Les spécialistes formés aux plantes et aux huiles essentielles sont de bon conseil dans ces cas là.

  18. Rabossit says:

    Bonjour

    Tous les jours, nous avons droit a des commentaires sur la nourriture,les pesticides,la nature ,la sante.Vous ecoutez la radio, Aujourd hui ,c est bon. Le lendemain, c est mauvais.On est desoriente sur toutes ces lecons.
    Que faut il manger maintenant?
    Quel produit est encore naturel?

  19. didier B. says:

    Tout d’abord bonjour Dr Willem et un grand merci pour vos courriers tellement instructifs et nous apportent de précieux conseils dans la vie de tous les jours . Merci encore

  20. KOLLI Anne Marie says:

    Merci pour votre travail, vos informations sont intéressantes, mais parfois trop alarmistes, trop délayées comme ce qui ce fait dans certains magasines que l’on trouve notamment dans les salles d’attente des médecins ou coiffeurs.
    A mon avis plus concis, donnerai plus envie d’aller jusqu’au bout du texte.
    Cordialement

  21. Zui says:

    Bonsoir
    Les lobbies qui maintiennent leurs affirmations erronées concernant les PE sont invités à venir habiter en famille près des grands champs arrosés de pesticides et herbicides..Chiche !

  22. Pr René Gautron says:

    Eh oui, il y a un perturbateur endocrinien oublié . Le lait de vache qui contient des hormones femelles suite au faite que les vaches donnent la plus part du temps du lait toute l’année en particulier lorsqu’elles sont gravides.
    A regarder de près l’incidence du lait de vache sur les enfants masculins.

  23. Sandrine says:

    Bonjour
    Votre article sur les perturbateurs endocriniens est très intéressant. ilo n’est pas réducteur car il n’incrimine pas que les pesticides. ainsi de nombreuses activités humaines sont concernées par ces types de polluants.
    Il y a par contre un de vos propos qui me pose question… comment le chlordécone a t-il pu être remplacé par du glyphosate puisque le premier est insecticide et le second un herbicide ?
    Bien cordialement
    Sandrine

  24. Sandra says:

    Bonjour Dr Willem,
    Vos informations sont très intéressantes, ont le bénéfice de la clarté, mais nous sont connues depuis de nombreuses années. Pour ma part, je crois qu’hormis une mutation, l’humain est en voie de dégradation manifeste quant à son évolution sur l’échelle de son apparition.
    Elle serait incroyable, si on ne l’avait pas sous les yeux, cette connerie envahissante qui nous affecte tous, y compris ces nouveaux féodaux crétins qui ont la main mise sur 82% de la richesse de la planète et œuvrent avec une énergie incroyable pour tout ruiner sur le passage. Il y a un mystère caché.

  25. pawlak says:

    Bonjour,

    j’ai bien pris connaissance de cette lettre qui peut amener une personne à rester cloitrée chez elle et la faire paniquer même si ce n’est pas votre but.
    A la lecture, cela dissuaderait de se rendre au théâtre, lieu culturel parmi d’autres, de manger viande poissons, fruits etc…
    Peut-être est il important de préciser le type de culture agro alimentaire qui se trouve etre nocive.

    Merci pour ce partage, je ne le remets pas en cause. Je pense juste que ces informations peuvent être interprêtées à l extrême par autrui.

    Cordialement

  26. marie-josé Bottéro-Cornillac says:

    les BPA entrent dans la composition des résines composites dentaires.

  27. Dupret Emilie says:

    Merci pour la liste des dangers. Malheureusement, vous, comme nous tous, n’avez aucune solution viable à proposer…
    Emilie

  28. sagnol says:

    Merci Docteur, cet article est excellent. Un petit chef -d’oeuvre de clarté pour les béotiens avides de comprendre. Transmettre un savoir avec autant de facilité est un talent rare dans votre profession.

  29. Roudière Jean-Jacques says:

    Bonjour, je lis vos lettres régulièrement et vous remercie pour tout ce travail et partage. Je me débats actuellement pour éviter le remplacement de mon compteur de consommation électrique par le fameux compteur Linky qu’Enédis est en train d’imposer à toute la population malgré de nombreux refus argumentés. Peut-être avez-vous déjà fait une lettre à ce sujet et qui m’aurait échappé… Dans ce cas, comme je m’active avec une association régionale anti-Linky, merci d’avance si vous pouvez me communiquer cette lettre. Si vous n’avez pas encore abordé ce sujet de la pollution par les ondes dont nous sommes envahis, jusqu’à l’implantation forcée de ces nouveaux compteurs communiquant et nouveaux pollueurs direct de chaque foyer, merci d’y penser.
    Bien fraternellement à vous.

  30. Limodin says:

    Bonjour,

     » le chlordécone est classé 2B, c’est-à-dire cancérigène possible chez l’homme par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer). Depuis son interdiction, les producteurs de bananes l’ont remplacé par du glyphosate… »

    Je suis étonné de lire que le chlordécone, insecticide sensé lutter contre le charançon du bananier par le glyphosate, herbicide non sélectif ?

    Ceci dit j’aime bien lire vos publications.

    Cordialement

    G Limodin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *